PUBLICITÉ

Agression dans l’Est : Kinshasa favorable au déploiement d’une force régionale de l’EAC mais sans le Rwanda

Le gouvernement de la RDC a accédé à la demande du président Kenyan, président en exercice de la Communauté de l’Afrique de l’Est, Uhuru Kenyatta, sur le déploiement dans l’Est, d’une force militaire constituée des pays membres de cette communauté dont le Rwanda, l’Ouganda, le Burundi, le Kenya et la Tanzanie pour traquer les groupes armés qui y opèrent.

Cependant, Kinshasa écarte la moindre possibilité de la participation du Rwanda dans ces opérations militaires, du fait de son implication active et directe dans la déstabilisation de l’Est dans le but d’exploiter les ressources entre autres l’or, le cobalt et le coltan.

- Publicité-

« Le gouvernement de la RDC a déclaré qu’il se félicitait de la proposition faite par le président du Kenya, Uhuru Kenyatta, de déployer une nouvelle force militaire régionale dirigée par la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC) pour imposer la paix dans les provinces ciblées par le M23 et le Rwanda, mais insiste pour qu’ils n’acceptera pas la participation du Rwanda à cette force conjointe », peut-on lire dans une correspondance du président Tshisekedi adressée au premier ministre britannique Boris Johnson et les participants à la réunion des chefs de gouvernement de Commonwealth qui se tiendra du 20 au 26 juin à Kigali, au Rwanda.

Le président en exercice la Communauté de l’Afrique de l’Est dont la RDC est membre a appelé à l’activation de la Force régionale de l’Afrique de l’Est sous les auspices de la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC) après la résurgence des terroristes du M23 qui occupent et pillent avec l’appuie du Rwanda plusieurs entités de la RDC dont la cité frontalière de Bunagana. Cette Force régionale est une composante du volet militaro-sécuritaire prévu dans le communiqué adopté le 21 avril 2022.

Uhuru Kenyatta a dit avoir eu au préalable des échanges téléphoniques avec les dirigeants de la Communauté entre le 14 et le 15 juin sur le déploiement «immédiat » de la Force régionale de l’Afrique de l’Est dans les provinces de l’Ituri, du Nord-Kivu et du Sud-Kivu pour stabiliser la zone et imposer la paix en appui aux forces de sécurité de la RDC et en étroite coordination avec la MONUSCO.

L’une de résolutions de conclave de Nairobi tenu en avril prévoit que la Force régionale travaillera avec les autorités provinciales locales pour soutenir un processus de désarmement ordonné et permanent dans le cadre du Programme de désarmement, démobilisation, relèvement communautaire et stabilisation (P-DDRCS) afin de créer des conditions propices à la stabilité et à la paix dans l’est de la RDC.

Le Rwanda tient à participer à ces opérations

La République Démocratique du Congo incrimine le Rwanda de mener une guerre économique pour la bataille de ses ressources à savoir; l’or, coltan et cobalt. Pour déjouer ces intentions belliqueuses, le gouvernement congolais a envisagé la suspension potentielle de tous les accords bilatéraux avec le gouvernement du Rwanda à la suite d’une réunion extraordinaire du Conseil de sécurité et la fermeture des frontières, après le meurtre d’un militaire congolais par le service de sécurité rwandais.

Pour aller plus loin, Kinshasa écarte la moindre participation du Rwanda dans les opérations militaires qui devraient être lancées incessamment par la force régionale.

En dépit des accusations, le Rwanda désigné agresseur de la RDC tient à sa participation à ces opérations.
Dans une interview accordée à France 24, le ministre rwandais des Affaires Etrangères et de la Coopération, Vincent Biruta a corroboré que le Rwanda va déployer des militaires dans le cadre de cette opération, lui aussi étant membre de l’EAC.

« Nous sommes favorables à l’initiative dans la mesure où elle s’inscrit dans la lignée des mesures qui ont été prises par les Chefs d’Etats dans leur réunion du 21 avril à Nairobi au cours de laquelle il avait été décidé de mettre sur pied le processus Politique en ce qui concerne les groupes armés congolais et un processus de désarmement et de rapatriement en ce qui concerne les groupes armés étrangers basés à l’Est de la RDC. Il avait été aussi décidé de mettre en place une force militaire pour combattre ceux qui n’accepteraient pas d’aller dans la ligne tracée par le Chefs d’Etats et donc le gouvernement rwandais soutient cette décision et le Rwanda est évidemment prêt à envoyer des hommes pour faire partie de cette force régionale. Donc tout cela va dans la ligne des décisions qui ont déjà été prises lors du conclave de Nairobi et le Rwanda était représenté. Nous sommes disposés à donner notre contribution à toutes sortes des solutions, y compris militaires si nécessaire », a épilogué Vincent Biruta qui a nié la présence militaire rwandaise sur le territoire congolais.

Cette position a été également appuyée par Manasseh Nshuti, ministre d’État aux affaires communautaires de l’Afrique de l’Est au sein du cabinet rwandais au cours d’une sortie médiatique.

Une réunion opératoire des commandants régionaux des Forces de défense respectives, coopérant au Processus de Nairobi est prévue le dimanche 19 juin 2022, à Nairobi pour finaliser les préparatifs pour entreprendre le déploiement de la Force régionale.

Carmel NDEO

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

spot_img

EN CONTINU