PUBLICITÉ

RDC : « Nous pensons que ce qui s’est produit à côté du M23, serait une réaction de la part du Rwanda » (Patrick Muyaya)

À Kibumba, dans la territoire de Nyiragongo, la situation sécuritaire a été très précaire tôt dans les petites heures du mercredi 25 mai 2022. L’armée et la population ont fait face à une attaque intense du M23, notamment, il faut peut-être le confirmer déjà, avec le soutien du Rwanda en violation flagrante des frontières et des accords signés avec la République Démocratique du Congo.

Préoccupé, le Premier Ministre Jean-Michel Sama Lukonde a réuni, le soir du mercredi, tous les services de sécurité et quelques membres du gouvernement. Au sortir, le Ministre de la Communication et Médias qui a fait la restitution de cette réunion, n’est pas allé par le dos de la cuillère pour indexer une main noire du Rwanda dans les hostilités qui prévalent actuellement au Nord-Kivu, province contiguë du pays des milles collines. Muyaya fonde son soupçon sur le Rwanda sur son doute légitime à propos de l’arsenal militaire dont disposerait le M23 sur le terrain des opérations sans avoir les moyens nécessaires pour un tel armement.

- Publicité-

« Nous pensons que le M-23 ne peut pas disposer de l’arsenal militaire comme celui qu’on trouve chez lui sur le terrain des opérations. D’où, la cristalisation de nos soupçons sur le Rwanda », a-t-il souligné, devant la presse.

« Il est établi suivant les éléments que nous avons reçu du terrain, qu’en tout cas des soupçons se cristallisent sur un soutien qu’aurait reçu le M-23 de la part du Rwanda. (…) Ceci tend à se vérifier d’autant plus qu’ il y a quelques jours, des nouvelles circulaient qu’il y aurait des représailles. Vous avez suivi que nos forces avaient totalement déstabilisé le M-23, qui de manière répétée, agissent par des actions provocatrices. Nos forces avaient pris le dessus et qu’il y a eu des éclats d’obus qui seraient tombés de l’autre côté de la frontière. Et en représailles évidemment, nous attendions des nouvelles de ce genre. Nous pensons que ce qui s’est produit à côté du M-23, serait une réaction de la part du Rwanda. Mais pour cela, nous serons fixés bientôt lorsque le rapport du mécanisme conjoint de suivi sera fait », a, ensuite, martelé le porte-parole du gouvernement congolais.

Pour Patrick Muyaya, les forces armées de la RDC sont mobilisées et doivent être davantage soutenues pour défendre valablement l’intégrité territoriale du pays. « Mais cela dit, nos forces armées ont été encore une fois de plus mobilisées que se soit sur le front de Runyonyi ou sur le front de Tshanzu pour être sûr que chaque centimètre de notre territoire national est protégé. Et d’ailleurs, il vous souviendra qu’il y a quelques mois, nous avions lancé la campagne « Bendele ekweya te ». Je pense que c’est le moment de la relancer, parce que nous devons tous, chacun nous lever pour qu’aucune tentative d’aucune manière, d’aucun groupe ou d’aucun pays quelconque, ne tente de prendre un seul centimètre de notre territoire », a-t-il lancé.

Le porte-parole du gouvernement a aussi tenu à rassurer la population congolaise que le Premier Ministre suit de près la situation selon les instructions du Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo.

« Nous tenons à rassurer la population congolaise en général et celle du Nord-Kivu en particulier, que le gouvernement, avec en tête le Président de la République, suit de près la situation et que toutes les mesures sont prises pour assurer la paix et la sérénité », a dit Patrick Muyaya, dans des propos recueillis par les services de communication de la primature.

Ce Jeudi, des sources sécuritaires notent une évolution « positive » de la situation sur le terrain des affrontements entre les FARDC et le M23, au Nord-Kivu. « Les forces loyalistes, appuyées par la Monusco, ont récupéré plusieurs entités, où la situation tend à se stabiliser », a indiqué le Général Chavannat, commandant adjoint des forces de la Monusco. Pendant ce temps, des combats se poursuivent autour du camp de formation des militaires de Rumangabo, 50 km au Nord de Goma, dans le territoire de Rutshuru. L’armée rwandaise serait présente aux côtés des rebelles du M23 contre les FARDC, affirment plusieurs sources.

Serge SINDANI

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

spot_img

EN CONTINU