PUBLICITÉ

RDC: L’Union Africaine condamne les attaques du M23 contre l’armée congolaise et les forces de la MONUSCO

A travers un communiqué, le président de la Commission de l’Union Africaine, Moussa Faki Mahamat dit avoir appris avec consternation les attaques des rebelles du Mouvement du M23 survenues contre l’armée congolaise et la MONUSCO, à Rutshuru dans la province du Nord Kivu causant d’importants déplacements de populations et qune urgence humanitaire.

A l’instar des autorités congolaises et de la représentante spéciale du secrétaire général des Nations unies et chef de la MONUSCO, Moussa Faki a condamné « fermement » ces attaques et présente ses sincères condoléances aux familles éplorées.

- Publicité-

Dans sa déclaration, le président de la commission de l’Union Africaine a encouragé les autorités congolaises en collaboration avec les forces de la Monusco à renforcer la protection des sites de regroupements des déplacés et assurer la protection des civils dans l’est de la RDC.

Il a aussi invité les rebelles du M23 à déposer définitivement leurs armes, à cesser toute hostilité et de s’inscrire dans l’esprit du processus de Nairobi pour une résolution des crises à l’Est de la RDC.

Depuis quelques jours, les forces armées de la République Démocratique du Congo appuyées par la mission onusienne ont accentué la pression sur ce mouvement rebelle qu’elles accusent d’avoir attaqué plusieurs de leurs positions.

Pour sa part, le Mouvement rebelle du 23 Mars ( M23) dit n’avoir jamais attaqué ni planifié d’attaquer la Monusco mais subit actuellement une vaste offensive de la mission de l’ONU.

« Le M23 n’a jamais attaqué les FARDC mais subit les attaques de celles-ci depuis janvier 2017 lors de son retour sur le sol congolais pour y attendre la mise en oeuvre des accords de Nairobi », précise le porte-parole du gouvernement dans un communiqué datant de ce lundi.

Dans ce même communiqué, le M23 s’est dit surpris que la Monusco lui ait déclaré la guerre alors qu’il ne faisait que revendiquer un accord de paix que le gouvernement congolais a, selon lui, refusé de respecter 9 ans durant.

« La Monusco qui a été pourtant un des facilitateurs de cet accord n’a jamais demandé au gouvernement congolais de respecter sa part d’engagement. Revendiquer le respect d’un accord de paix, est-ce un crime de lèse-majesté que d’égorger au grand jour des milliers de citoyens congolais pendant plusieurs décennies ? La Monusco n’a jamais déclaré la guerre ni aux Adf , ni aux Codeco qui s’attaquent à la population civile », indique ce communiqué.

En tout état de cause, ce mouvement a affirmé que si « sa position est considérée comme naïve et faible et que c’est pour ces raisons que la Monusco choisit d’éliminer physiquement ses troupes plus tôt que les Adf et Codeco et qu’elle se choisit les Fdlr, APCLS et la Nyatura comme alliés dans cette guerre, il préfère mourir des bombardements de la Monusco que de l’épée des FDLR, APCLS, NYATURA et consorts car a-t-il souligné, « l’histoire retiendra ce fait des Nations-Unies ».

Carmel NDEO

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

spot_img

EN CONTINU