PUBLICITÉ

Nord-Kivu : L’armée affirme avoir récupéré « des effets militaires non utilisés ni par les FARDC, ni par les M23 »

Dans un communiqué fait ce mercredi soir, les forces armées congolaises s’interrogent sur l’identité des troupes avec qui elles font face sur plusieurs fronts à Rutshuru, au Nord-Kivu. En pleine confrontation avec les terroristes du M23 dans le Groupement de Jomba, depuis mardi à ce mercredi 25 mai 2022, l’armée affirme avoir repoussé l’ennemi.

Cependant, dans sa débandade, l’ennemi a abandonné des armes et des effets militaires récupérés par les FARDC. Ces derniers n’ont jamais été utilisés ni par les forces loyalistes ni par les rebelles du M23. « II s’agit notamment d’un mortier 60 mm, d’une arme AK 81, de 08 roquettes antitank, d’une chaîne de munitions de PKM, d’une paire de tenue militaire, d’un casque et de deux gourdes militaires non utilisés ni par les FARDC, ni par les terroristes du M23 », lit-on dans ce communiqué signé par le porte-parole des FARDC, le général Sylvain Ekenge.

- Publicité-

Le matin de ce mercredi 25 mai 2022, les positions des FARDC de KIBUMBA et de JOMBA ont été simultanément attaquées. Plusieurs sources sécuritaires ont indiqué la présence des éléments rwandais sur les lignes des fronts. Les forces loyalistes se disent déterminées à ne laisser « aucun centimètre du territoire national à qui que ce soit se comportent de manière professionnelle sur le terrain aussi bien à JOMBA qu’à KIBUMBA ».

Dans cette même perspective, précise le communiqué, le Gouverneur Militaire de la Province du Nord Kivu et Commandant des opérations a saisi le Mécanisme Conjoint de Vérification Elargi de la Conférence Internationale pour la Région des Grands Lacs pour les investigations sur l’origine de ces graves incidents.

Par ailleurs, le Gouverneur Militaire de la Province du Nord-Kivu appelle la population au calme, à la vigilance, à ne pas céder à la panique, à faire totalement confiance aux FARDC et à dénoncer toute présence suspecte auprès des forces de défense et de sécurité.

Ce mercredi, la situation est très tendue dans le groupement de Kibumba qui a échappé au contrôle des forces armées depuis le matin. Les populations civiles ont fui dans toutes les directions et les rebelles auraient contrôlé plusieurs zones, affirmaient plusieurs sources, en début d’après-midi de ce même mercredi.

Serge SINDANI

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

spot_img

EN CONTINU