PUBLICITÉ

Affaire Bukanga Lonzo : « Matata Ponyo est le principal auteur du détournement de 287 millions USD » (IGF)

L’étau se resserre de nouveau autour de l’ancien premier ministre, Augustin Matata Ponyo. Alors qu’à l’annonce de sa candidature à la présidentielle de 2023, Matata avait qualifié cette affaire de détournement de fonds alloués au projet du Parc Agro-Industriel de Bukanga-Lonzo comme étant un dossier monté par le pouvoir pour le contraindre de rejoindre l’union sacrée de la nation et ainsi limiter ses droits électoraux, l’IGF se déchaîne.

A travers un communiqué exploité par POLITICO.CD, l’Inspection Générale des Finances précise de prime à bord que cette mission de contrôle avait été demandée par Matata Ponyo lui-même et non par une quelconque autorité politique ou judiciaire, pour être qualifiée par d’acharnement.

- Publicité-

L’IGF insiste sur le fait que sa demande était motivée par les accusations lancées à son endroit dans l’opinion ainsi que différents milieux politiques, accusations qui se sont révélées « fondées » et qu’elle a documentées, dans le respect des normes en matière d’audit et de contrôle.

Ce faisant, l’IGF indique que les conclusions auxquelles elle a abouti, à l’issue de sa mission de contrôle du projet de Parc Agro-Industriel de Bukanga-Lonzo, ont fait l’objet d’une transmission à l’Officier du Ministère Public qui, après enquêtes supplémentaires, avait décidé de prendre en charge ce dossier et de le porter auprès du juge, pour établissement des responsabilités, au vu de la gravité des faits.

L’IGF cloue Matata

A ce stade, l’Inspection Générale des Finances confirme que le Projet de Parc Agro-Industriel de Bukanga-Lonzo est un échec désastreux, qui a coûté à la République plus de 287 millions de dollars américains et que son instigateur, « Matata Ponyo est bien l’auteur intellectuel, matériel et principal de cet échec ainsi que des détournements qui ont eu lieu ».

Par ailleurs, cette institution de patrouille financière attachée à la présidence de la République dit n’avoir aucune excuse à présenter et reste convaincue que l’analyse de ce dossier quant au fond ne pourra que confirmer la responsabilité personnelle, pleine et entière du sénateur Augustin Matata Ponyo dans cette débâcle.

« En attendant qu’une telle analyse ait lieu, l’Inspection Générale des Finances n’entend pas être distraite de sa mission et préfère se concentrer sur la traque d’autres délinquants financiers », martèle le service de communication de l’IGF.

Éclaboussé par ce rapport accablant de l’IGF, Matata Ponyo s’en était tiré devant la justice. En effet, la Cour Constitutionnelle s’était déclarée incompétente d’ouvrir une quelconque procédure judiciaire à l’encontre l’homme à la cravate rouge, ancien premier ministre sous Kabila.

Carmel NDEO

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

spot_img

EN CONTINU