PUBLICITÉ

Massacres dans l’Est : Tshisekedi se dit en avoir « assez » et réitère n’être pas venu au pouvoir assister « impuissant » au malheur de congolais

Devant les officiers supérieurs de l’armée et de la police, Félix Tshisekedi dit avoir assez de la récurrence de tueries des civils dans la partie Est de la République démocratique du Congo et ce, malgré l’instauration de l’État de siège en vigueur depuis un peu plus d’un an. En marge du séminaire sur l’éthique et la déontologie militaire au sein des FARDC, le commandant suprême des forces armées dit ne pas être venu au pouvoir pour assister « impuissant » à ces massacres, apprend-on de Top Congo FM.

« Assez. Il ne se passe pas un jour sans que nous comptions des victimes innocentes. Je ne suis pas venu à la tête de ce pays pour assister impuissant au malheur de nos compatriotes », a déclaré Félix Tshisekedi.

- Publicité-

La presse présidentielle précise que Félix Tshisekedi « a dénoncé et fustigé, publiquement, le comportement pervers de certains cadres de l’Armée qui s’adonnent à des pratiques contraires à l’éthique et à la déontologie militaire ».

Pour Tshisekedi, « il est temps de mettre fin à toutes les pratiques qui ont favorisé les assassinats et meurtres de nos concitoyens. »

Quand Tshisekedi tire sur l’armée

Dans son introduction, le Président de la République a estimé que son administration ne peut pas continuer à assister aux tueries des civils « comme s’il était incapable de protéger ces compatriotes ».

« On ne peut pas continuer à compter des morts (principalement à l’Est de la RDC) comme si nous étions incapables de défendre nos compatriotes qui sont lâchement assassinés », a-t-il déclaré.

Se référant aux derniers massacres en Ituri, Félix Tshisekedi qui juge « inacceptables » ces atrocités, estime que les CODECO « bénéficient des complicités au sein de l’armée ».

« Soit notre Armée est incapable, soit ces CODECO, conglomérat de malfaiteurs (et groupe armé à la base de tueries de plus de 100 personnes dernièrement en Ituri) bénéficient des complicités de nos officiers. C’est inacceptable ».

Au moins 35 personnes ont été tuées, dimanche 8 mai, par des rebelles du groupe armé « Coopérative pour le développement du Congo » (Codeco) qui ont attaqué une mine d’or artisanale en Ituri dans le nord-est de la République démocratique du Congo.

Stéphie MUKINZI M

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN CONTINU