PUBLICITÉ

Élections 2023: « L’assemblée nationale veut tailler sur mesure la loi électorale » (Martin Fayulu)

En République Démocratique du Congo, l’actualité reste dominée par le débat sur les réformes de la loi électorale, soumise à l’assemblée nationale par les députés nationaux, membre du Groupe de 13 ( G13).

La plénière consacrée à cette question s’est soldée à la queue de poisson. En effet, plusieurs amendements contenus dans la loi « Lokondo » proposée par les membres du G13 ont été rejetés alors d’autres modifiés, suscitant le mécontentement des auteurs de cette proposition de loi qui ont décidé quitter la salle de plénière.

- Publicité-

En réaction, Martin Fayulu est monté au créneau pour dénoncer un énième acte de corruption au sein de la chambre basse du Parlement. Il estime que l’assemblée nationale veut tailler sur mesure la loi électorale pour opérer de nouveau un « hold up électoral ».

« L’Assemblée nationale se corrompt davantage. Elle veut tailler sur mesure la loi électorale pour opérer de nouveau un hold up électoral. C’est du banditisme d’état », déplore Martin Fayulu qui revendique toujours sa victoire à la présidentielle de 2018.

L’Assemblée nationale a rejeté une douze (12) de dix-huit (18) amendements de cette proposition de loi notamment celle ayant trait à l’obligation de publier les résultats bureau par bureau au niveau du centre de vote et de le consolider dans un résultat provisoire au centre local de compilation des résultats, au fur et à mesure de la réception des données, avant traitement.

Pour Fayulu, il n’en est pas question. « En 2023, les résultats doivent être publiés par chaque bureau après dépouillement. Le maître-mot: VÉRITÉ DES URNES », a-t-il persisté.

Voici la liste des amendements de la proposition de loi « Lokondo » acceptés et rejetés par l’assemblée nationale:

  1. La suppression du seuil électoral et son remplacement par une condition de recevabilité des listes au prorata des (60%) de sièges en compétition (Acceptée)

2.L’abandon de la proportionnelle et l’adoption du scrutin majoritaire simple (Rejetée)

3.L’organisation de l’élection des gouverneurs au second degré au sein de l’assemblée provinciale à la suite d’un système de parrainage par les députés provinciaux indiquant au moment du dépôt de leur liste le ticket du candidat gouverneur et vice-gouverneur pour lequel leurs voix sont décomptées en cas de leur élection (Rejetée) ;

4.L’organisation de l’élection des sénateurs au second degré au sein de l’assemblée provinciale à la suite d’un système de parrainage par les partis, regroupements et indépendants présents à l’assemblée provinciale représentant au moins 10% des députés provinciaux (Rejetée)

  1. L’interdiction d’avoir dans une province plus d’un sénateur issu d’un même territoire, d’une même ville et de plus de deux ans un groupe des communes pour la ville de Kinshasa (Rejetée)

6.L’interdiction de cumul des candidatures à deux scrutins du même degré (Rejetée)

7.Interdiction de porter comme suppléants, ascendante ou descendante, jusqu’au deuxième degré inclus (Rejetée) ;

8.L’interdiction de distribuer de l’argent, des biens ayant une valeur pécuniaire ou tout autre avantage ainsi que la sollicitation ou l’acceptation d’un don quelconque pendant la campagne électorale (Rejetée) ;

  1. La prise en compte de la dimension genre dans la constitution des listes conformément à l’article 14 de la constitution (Rejetée) ;
  2. La distinction des inéligibilités définitives pour les crimes graves (génocide, crimes contre l’humanité, crimes de guerre) des celles temporaires pour les autres infractions (Acceptée);
  3. La définition d’un régime légal exhaustif pour le vote électronique (Acceptée)
    12.L’obligation de publier la cartographie électorale avant la publication du calendrier électoral (Rejetée);
  4. L’institution d’un système transparent de gestion des résultats par leur traçabilité, segmentation et numérisation dans le cadre du centre national de centralisation et de publication des résultats, CNPR qui publie progressivement au fil de leur transmission ;
  5. L’obligation de remettre les PV des opérations de vote à tous les témoins et observateurs (Acceptée) ;

16.L’institution de la sanction contre le président de la CENI et ceux qui interviennent dans la transmission et la centralisation des résultats en cas de refus de la publication des résultats bureau par bureau ( rejetée);

  1. L’obligation de recomptage des voix dans tout contentieux électoral, partant du pli des résultats réservés à la cour, sans exiger aux parties d’exhiber des PV (Rejetée);
  2. L’obligation d’afficher tous les résultats bureau par bureau sur le site de la CENI dans les dix jours qui suivent la tenue des élections, sous peine d’annulation du scrutin (acceptée)

Carmel NDEO

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN CONTINU