PUBLICITÉ

Déploiement d’une force régionale à l’Est : Denis Mukwege craint le risque d’une aggravation de l’insécurité et de l’instabilité 

Le prix Nobel de la paix 2018, le docteur Denis Mukwege, n’est pas d’accord avec la résultion du Conclave de Nairobi relative au déploiement en République Démocratique du Congo, d’une force régionale composée notamment du Rwanda, Ouganda, Burundi, Kenya.

Le docteur Mukwege estime que le projet annoncé de constituer une nouvelle force régionale composée des États de la région qui sont en grande partie responsables d’activités déstabilisatrices en RDC, des cycles récurrents de violence et de l’exploitation et du commerce illégaux des ressources naturelles de notre pays depuis plus de 25 ans risque « fortement d’aggraver et de prolonger l’instabilité et l’insécurité ».

- Publicité-

Prévoyant, Denis Mukwege rappelle la nécessité de retenir les leçons apprises des erreurs de passé et de ne pas les répéter.

« Les autorités congolaises et la communauté internationale ne peuvent plus soutenir des stratégies de pompiers-pyromanes visant à entretenir un chaos organisé, des violations répétées de notre souveraineté ainsi que des atteintes quasi permanentes à l’intégrité territoriale de notre pays par les forces armées étrangères ou par des groupes armés soutenus par les États voisins, violations graves du droit international qu’aucune Nation indépendante ne peut tolérer », a-t-il argué. 

Plaidoyers pour la réforme de l’appareil sécuritaire 

Denis Mukwege a réitéré par ailleurs son plaidoyer pour une réforme « profonde » du secteur de la sécurité et un assainissement sérieux de forces de sécurité et de défense, prérequis indispensable à tout effort visant tant à la sécurisation de la RDC que de sa population. 

Cette réforme, dit-il, est inscrite dans la résolution 2612 du Conseil de Sécurité des Nations Unies établissant le mandat actuel de la MONUSCO et de sa Brigade d’Intervention. 

« Il s’agit aussi d’utiliser pleinement les potentialités de la résolution 2612 qui prévoit en vertu du Chapitre VII de la Charte une planification et une coopération renforcée entre les Casques bleus et les forces de sécurité et de défense congolaises pour mener des opérations conjointes plus effectives et exploiter toutes les mesures nécessaires pour éliminer la menace posée par les groupes armés congolais et étrangers et endiguer le climat d’insécurité qui prévaut toujours à l’Est de la RDC », a-t-il ajouté.

Il soutient que l’importance de mobiliser une réelle volonté politique pour mettre en œuvre des réformes institutionnelles visant le secteur de la sécurité sera non seulement indispensable pour consolider l’édification d’un « État de droit fort et protecteur des libertés fondamentales, mais aussi pour mener à bien un processus de justice transitionnelle visant à parachever la transition entre une longue période de guerre et la paix, et entre un régime prédateur et autoritaire et la démocratie ». 

L’application des recommandations du rapport Mapping

Le lauréat du prix Nobel de la paix 2018 stipule que les diverses tentatives de recherche de solution politique et militaire de ces dernières décennies ont toutes échouées à stabiliser le pays et à protéger les civils. 

Selon lui, le temps est venu de dire la vérité et le droit, et de prioriser la justice et l’obligation de rendre des comptes pour les auteurs présumés des crimes les plus graves commis depuis plus d’un quart de siècle en RDC dans la stratégie des Nations unies pour la consolidation de la paix, la prévention et le règlement des conflits dans la région des Grands Lacs, et de placer le recours à tous les mécanismes de la justice transitionnelle, tant judiciaires que non judiciaires, au cœur du mandat et de la stratégie de retrait progressive, responsable et durable de la MONUSCO.

Ces recommandations sont du rapport mapping de l’ONU dont il plaide avec véhémence leur application.

Carmel NDEO

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN CONTINU