PUBLICITÉ

RDC : Plus de 30 personnes tuées dans l’attaque d’une mine d’or artisanale en Ituri (provisoire)

Les miliciens du groupe armé « Coopérative pour le Développement du Congo » ( CODECO), l’un des groupes armés le plus meurtrier a encore frappé dans la province de l’Ituri et ce, en dépit de l’état de siège.

Selon les autorités locales, au moins trente-cinq personnes ont été tuées, dimanche 8 mai, par des miliciens du groupe armé « Coopérative pour le développement du Congo » (CODECO) qui ont attaqué une mine d’or artisanale dénommée « Camp Blanquette » dans la province de l’Ituri.

- Publicité-

« Les CODECO ont tué dans la mine d’or Camp Blanquette. Il y a 29 corps ramenés à la cité de Pluto. Six corps calcinés ont été enterrés sur place », a déclaré à l’Agence France-Presse (AFP) Jean-Pierre Bikilisende, bourgmestre de la commune rurale de Mungwalu dans le territoire de Djugu.

Le bourgmestre de Mungwalu qui parle d’un bilan provisoire, a indiqué que parmi les morts figurée un bébé de 4 mois.

« Ce bilan est provisoire, puisqu’il y a d’autres civils tués dont les corps ont été jetés dans des trous d’orpaillage et plusieurs autres civils sont portés disparus. La fouille se poursuit », a-t-il poursuivi.

De son côté, Chérubin Kukundila, l’un des responsables de la société civile de Mungwalu, le bilan de cette attaque est très lourd. À l’en croire, il y a au moins cinquante personnes tuées.

« Le camp Blanquette est érigé dans la forêt, loin de la position militaire la plus proche. L’intervention est donc arrivée avec un peu de retard », a-t-il déploré. « Il y a aussi plusieurs blessés, dont neuf grièvement, admis à l’hôpital général de Mungwalu », a-t-il précisé.

La mine d’or artisanale dénommée « camp Blanquette » est située dans la forêt à plus de 7 km de la cité de Mungwalu dans le territoire de Djugu (Ituri), fief du groupe armé Codeco. La milice Codeco, qui prétend défendre les membres de la communauté Lendu contre la communauté rivale Hema et contre les forces de sécurité, est considérée comme l’un des groupes les plus meurtriers de l’est du Congo. En plus des civils et des militaires, les miliciens Codeco s’attaquent également aux déplacés et à des humanitaires.

En février, les miliciens de la Coopérative pour le Développement du Congo (CODECO) ont signé une attaque sanglante dans le site des déplacés de Plaine Savo, à Djugu, en Ituri. Plus de Soixante personnes parmi lesquelles les femmes et les enfants avaient été tués.

Carmel NDEO et AFP

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN CONTINU