PUBLICITÉ

Lutte contre le tribalisme : Tshisekedi présidera une table ronde sur la cohabitation entre Kasaïens et Katangais à Lubumbashi 

Le Président de la République, Félix Tshisekedi est préoccupé au plus haut point par la propension des discours, propos et actes à caractère tribal concourant à la crispation de l’environnement social. 

 À la base de cette tension attisée particulièrement sur les réseaux sociaux, les récents propos très controversés de la députée nationale, Dominique Munongo, élue de Lubudi (Lualaba) appelant les Kasaïens qui migrent vers l’ex-Katanga de s’adapter aux us et coutumes des katangais. Celle-ci s’était également insurgé contre la consommation de la viande du chien par le peuple kasaien sur le sol katangais avant d’inviter par la même les originaires de l’espace Grand-Kasaï à construire chez eux. 

- Publicité-

Ces propos qualifiés de séparatistes et xénophobes et qui ont tout de même bénéficié du soutien des élus de cette province, ont conduit à une plainte portée contre cette élue avant d’être retirée jeudi 14 avril par les initiateurs pour « préserver la paix sociale et la cohabitation entre les différentes communautés dont le grand Katanga et le Kasaï ». 

 Tshisekedi aux élus Katangais : préservez l’unité nationale

Inquiet de cette situation , le président de la République, Felix Tshisekedi a reçu vendredi 15 avril dans la soirée à la Cité de l’Union africaine, une quarantaine des députés nationaux, élus de quatre provinces de l’ex-Katanga, conduit par le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde. 

D’après une dépêche de la Présidence, le caucus de représentants du peuple Katangais a eu un long moment d’échanges, de plus de deux heures, avec le Président Tshisekedi autour de l’épineuse question de xénophobie et de cohabitation difficile qui divergent les opinions de ces deux communautés en séparation mitoyenne.

Le Président de la République, Félix Tshisekedi Tshilombo a exhorté ces élus à la gestion responsable et citoyenne de cette situation, avant son arrivée, très bientôt, à Lubumbashi où il présidera une table ronde qui réunira les notables et forces vives des provinces concernés afin d’une solution durable a cette prétendument crise.

 « Cette initiative, très attendue et appréciée par les élus du Rassemblement des députés Katangais, permettra aux populations de ces deux espaces de vivre en harmonie comme des frères ayant le même sang », rapporte la presse présidentielle.

Des mesures répressives

Peu avant cette rencontre avec les députés nationaux de l’espace Grand Katanga réunis au sein du rassemblement des députés Katangais (RDK), le Chef de l’État avait abordé cette problématique lors de la réunion hebdomadaire du Conseil des Ministres qu’il a présidée. 

Au cours de cette réunion, le Chef de l’État a attiré l’attention du vice premier ministre, ministre de l’Intérieur, sécurité et affaires coutumière, de la ministre d’État, ministre de la Justice et garde des sceaux, de la ministre de la Culture, arts et patrimoines, de la ministre de la Jeunesse et initiation à la nouvelle citoyenneté ainsi que de la ministre près la présidence de la République, afin qu’ils puissent chacun dans la limite de ses attributions, travailler d’une part, sur les mesures légales et répressives à prendre contre tout mouvement incitant à la haine ou au tribalisme. 

D’autre part, les ministres précités ont été appelés d’encourager les initiatives devant aboutir à l’organisation des dialogues intercommunautaires en y associant les chefs coutumiers pour le développement des projets culturels, associatifs et sportifs intégrateurs à même de renforcer la cohésion sociale, l’esprit patriotique et l’unité nationale. 

Carmel NDEO

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

EN CONTINU