PUBLICITÉ

Attaque du M23 appuyé par le Rwanda : La RDC est victime de la naïveté de son gouvernement qui s’est contenté de brader notre souveraineté (Claudel Lubaya)

Au lendemain de l’attaque des rebelles du mouvement insurrectionnel du M23, appuyés par l’armée rwandaise, dans l’Est du pays, le député national Claudel Lubaya estime que la RDC « est aujourd’hui victime de naïveté de son gouvernement qui a bradé notre souveraineté ». Dans une tribune publié ce mardi 29 mars, l’élu de Kananga dit joindre sa voix à celles des autres compatriotes pour condamner « avec fermeté » cette offensive des M23, « offensive qui met en péril, une fois de plus, la vie de nos concitoyens dans cette région ».

« Je demeure convaincu que par son refus inexpliqué de tirer les leçons du passé dans sa relation avec le Rwanda et l’Ouganda, la RDC est aujourd’hui victime de la naïveté de son gouvernement qui, au prétexte de faire la paix avec ces deux pays, s’est contenté de brader notre souveraineté en couvrant d’une opacité abjecte les accords conclus avec ses deux voisins et ce, en violation de la constitution », écrit-il.

- Publicité-

Pour Claudel Lubaya, la résurgence du M23 comme la sortie médiatique des FARDC dénonçant nommément le Rwanda comme pays agresseur « mettent le gouvernement face à sa responsabilité constitutionnelle de préserver l’intégrité du territoire national ». Il affirme aussi que « c’est l’occasion pour l’exécutif national d’opter pour la transparence en révélant à la Nation, le contenu de ces fameux accords dont les clauses demeurent mystérieuses à ce jour. La reconquête de la confiance du peuple dans cet enjeu est à ce prix pour garantir la mobilisation de tous ».

Stéphie MUKINZI M

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

EN CONTINU