PUBLICITÉ

RDC : 571 violations et atteintes aux droits de l’homme recensées en janvier 2022

La République démocratique du Congo (RDC) a enregistré Cinq-Cents septante-est-une violations et atteintes aux droits de l’homme en janvier 2022 sur toute l’étendue du territoire nationale, soit une tendance proche de celle du mois de décembre 2021 (560 violations).

Les violations attribuables à des agents de l’Etat ont légèrement augmenté (+8%), notamment en Ituri, au Sud-Kivu et dans la Tshopo, tandis que celles commises par des agents de la PNC ont diminué de 17%, notamment dans la Tshopo et au Sud-Kivu, indique le rapport du Bureau conjoint des Nations unies aux droits de l’homme (BCNUDH) publié mercredi 9 février 2022.

- Publicité-

D’après son rapport, le BCNUDH affirme que sur l’ensemble du territoire de la République démocratique du Congo, les agents de l’Etat sont responsables de 270 violations, soit 47% des violations documentées en janvier 2022. Ce nombre représente une augmentation de 8% par rapport aux 251 violations documentées au mois de décembre
2021.

Tandis que les agents de Police nationale congolaise (PNC) et les militaires des Forces armées de la
République démocratique du Congo (FARDC) ont commis près de 44% du total des violations documentées qui ont causé la mort d’au moins 42 personnes, dont 35 hommes, cinq femmes et deux
enfants.

Cependant, les atteintes attribuables aux groupes armés ont également légèrement diminué (-3%), ce qui reflète
une baisse du nombre d’atteintes commises par des combattants des Allied Democratic Forces (ADF).

Les groupes armés ont été responsables de 301 atteintes aux droits de l’homme, soit 53% du
nombre total des violations enregistrées sur l’ensemble du territoire et une diminution de 3% par rapport aux 309 atteintes documentées au mois de décembre 2021. Les groupes armés ont causé la mort sont d’au moins 189 personnes, dont 160 hommes, 23 femmes et six enfants.

« Environ 83% des violations documentées en janvier ont été commises dans les provinces affectées par les conflits en RDC (473 violations) et ont entrainé la mort d’au moins 215 personnes civiles (181 hommes, 27 femmes et sept enfants) », peut-on lire dans ce rapport.

A l’instar du mois précédent, la même source souligne que les combattants des groupes armés sont les principaux responsables des violations commises dans ces provinces (64%). La majorité des violations et atteintes a de nouveau été enregistrée dans la province du Nord-Kivu (293 violations, soit 62% des violations commises dans ces provinces), suivie notamment de l’Ituri (82 violations), du Sud-Kivu (51 violations) et du Tanganyika (39 violations).

Dans les provinces non affectées par les conflits, 98 violations des droits de l’homme ont été
documentées en janvier 2022, soit 17% des violations documentées sur l’ensemble du territoire.

Il s’agit principalement de 16 violations du droit à la vie (avec 16 victimes : 14 hommes, une femme
et un enfant), 23 violations du droit à l’intégrité physique (54 victimes, dont une femme et deux enfants
victimes de violences sexuelles), 37 violations du droit à la liberté et à la sécurité de la personne (58
victimes : 42 hommes, sept femmes et neuf enfants) et 13 incidents au cours desquels des violations du droit à la propriété ont été documentées.

Le BCNUDH a également noté que la totalité de ces violations est attribuable à des agents de l’Etat, dont 60% à des agents de police (58 violations), 33% à des militaires des FARDC (32 violations), 1% à des agents de l’Agence nationale de renseignements (ANR) (une violation) et 7% à d’autres agents de l’Etat (sept violations). Les violations commises dans ces provinces ont été enregistrées dans les provinces du Haut-Katanga (24 violations), du Kasaï (22 violations), de la Tshopo et de Kinshasa (14 violations chacune).

Dominique Malala

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

EN CONTINU