RDC: Les propos de Paul Kagame sur la situation sécuritaire à l’Est énervent

IMG-20220209-WA0000

Depuis la signature de la coopération militaire entre la République Démocratique du Congo et l’Ouganda pour la traque des terroristes de l’ADF, le président rwandais Paul Kagame ne se manque pas l’occasion pour s’en prendre au pouvoir de Kinshasa.

Après son interview accordée à Jeune Afrique il y a quelques semaines, Paul Kagame s’est une nouvelle fois déchaîné à propos des défis sécuritaire en République Démocratique du Congo lors de la cérémonie d’assermentation des nouveaux ministres, mardi 8 février 2022 devant le parlement rwandais.

A l’instar de son interview à Jeune Afrique, le président Paul Kagame se plaint toujours de n’avoir pas été associé par Kinshasa et Kampala dans la lutte contre les ADF et a appelé à des efforts collectifs des dirigeants régionaux pour mettre fin à l’insécurité dans l’Est de la RDC, principalement associés aux milices armées basées dans le pays.

Kagame qui pointe du doigt les Forces Démocratiques Alliées (ADF), parmi les milices armées qui continuent d’agir en toute « impunité » et visent à déstabiliser la région, y compris le Rwanda, rappelle que tout récemment, plusieurs ces terroristes ont été arrêtés à Kigali alors qu’ils complotaient pour lancer des attaques au Rwanda en représailles à leur soutien pour anéantir les terroristes au Mozambique.

Le président rwandais a déclaré que le Rwanda était prêt à jouer son rôle dans la résolution des problèmes de sécurité émanant du pays voisin.

« Nous envisageons plusieurs mécanismes, y compris les négociations, il y a des moments où nous plaidons, il y a des moments où nous demandons, mais si besoin est, il y a des cas où nous ne faisons ni l’un ni l’autre et agissons plutôt en conséquence », a-t-il lancé.

A Paul Kagame de renchérir : « Il y a là où nous supplions, là où nous nous mettons d’accord, là où nous faisons des demandes, mais il y a aussi là où quand ca dépasse les bornes nous réglons nous memes le problème comme il faut sans demander la permission à qui que ce soit. Mais pour l’instant nous sommes au stade de nous mettre d’accord sur le problème parce qu’il s’agit d’un problème qui nous concerne tous….Au Rwanda notre première priorité c’est la sécurité parce que nous ne pouvons rien faire sans la sécurité ».

Ainsi pour Paul Kagame, « l’objectif principal est donc le problème en RD Congo », car dit-il « il existe déjà un lien entre les ADF, les FDLR et plusieurs autres groupes terroristes armés ».

Paul Kagame a indiqué qu’actuellement, les dirigeants se sont réunis pour négocier un terrain d’entente, mais si la question s’avérait être une menace pour le Rwanda, Il a averti que son pays était prêt à intervenir et à défendre son territoire, car sa principale priorité est la sécurité des Rwandais.

Des tireurs de ficelles à Kinshasa

Lors de son interview à Jeune Afrique, Paul Kagame a confirmé l’existence au gouvernement congolais des proches de certains mouvements rebelles dont M23 avant d’inviter Kinshasa à prendre des mesures qui s’imposent pour rétablir la paix dans cette partie du pays en proie depuis plusieurs de décennies.

« Aujourd’hui, la RDC doit décider de quelle manière elle veut gérer cette affaire. Certains proches de ces rebelles (M23) sont au gouvernement, à Kinshasa, ou vivent en RDC », a-t-il révélé.

En outre Paul Kagame s’est une nouvelle fois montré très critiqué face à la gestion de cette situation par Kinshasa et la mission onusienne ( Monusco).

« Après presque 25 ans, notre ennemi est toujours présent (en RDC). Et les mécanismes qui ont été mis en place pour combattre ce problème, ont l’air d’avoir laissé ce problème perdurer, on dirait que ça donne de l’emploi à certains,…les gens préfèrent que le problème puisse demeurer et que les gens soient payés, soit disant pour régler ce problème. Je ne peux pas en aucun cas comprendre comment un problème peut durer une vingtaine d’année et couter des milliards de dollars sans que le problème ne soit résolu. Vous comprenez qu’il y a des choses incompréhensibles, je ne sais pas comment l’expliquer ».

Les propos inquiètent les députés nationaux

Les propos du Président rwandais qui inquiètent la représentation nationale.

En effet , Gratien Iracan, l’élu de l’Ituri a adressé une question écrite au Premier Ministre et Chef du gouvernement, Jean-Michel Sama Lukonde, pour obtenir des précisions et éclairages sur le rapport de l’état des lieux des résolutions et recommandations de la Commission Défense et Sécurité de l’assemblée nationale, après leur adoption en plénière le 29 septembre des résolutions et recommandations de la Commission Défense et Sécurité de l’Assemblée nationale qui dit-il « ont abordé toutes ces questions évoquées par le Président rwandais ».

Carmel NDEO