PUBLICITÉ

Ituri : Une milice « d’autodéfense » instaure une « administration parallèle » et exécute les civils à Mambasa

Depuis plusieurs jours, une milice dite « d’autodéfense Zaïre » envahi une bonne partie du territoire de Mambasa, en province tourmentée de l’Ituri. Les miliciens de ce groupe d’autodéfense Zaïre sont accusés des nombreuses exactions dans la chefferie de Walese Karo.

« Ils ont instauré une administration parallèle et exigent des responsables des foyers miniers un montant de 100 USD et 1 kg d’or par semaine pour se ravitailler en armes », ont dénoncé à POLITICO.CD plusieurs ressortissants du coin.

- Publicité-

Relayée par Radio Okapi, une déclaration rendue publique samedi 29 janvier 2022 par la communauté Mambamusa dans le territoire de Mambasa, renchérit tout de même que « des tueries de civils ainsi que le pillage des biens des populations sont déjà enregistrés ».

Cette structure communautaire qui se dit indignée de la « déportation des exactions de la milice Zaïre dans ce territoire », demande aux autorités compétentes de traquer ces hommes armés qui déstabilisent la quiétude des citoyens.

La même déclaration souligne que « des tueries de civils dont un président de la FEC locale et une femme tuée cette semaine par ces hommes en armes, sont à la base de cette prise de position », à indiqué sur Radio Okapi, Pascal Bauwa, le président de la communauté Mambamusa.

« A la suite de certains faits graves enregistrés dans cette zone, la communauté Mambamusa constate avec regret que la déportation des exactions de la milice Zaïre de Djugu à Mambasa est un acte de provocation et de sabotage aux démarches du chef de l’Etat pour la pacification de l’Ituri », a-t-il haussé le ton.

Par ailleurs, l’administrateur militaire du territoire de Mambasa reconnait les faits. Selon la Radio Onusienne, il a indiqué avoir déjà saisi sa hiérarchie.

En décembre 2020, dans un rapport adressé au président du conseil de sécurité de l’ONU, le groupe d’experts sur le Congo avait reconnu l’existence à Djugu de ce groupe armé d’autodéfense dénommé « Zaïre » alors que plusieurs notabilités du territoire de Djugu l’ont souvent démenti.

L’ONU a placé cette milice sur la liste au même titre que tous les autres groupes armés opérant en Ituri. Zaïre avait été accusé d’avoir « contribué à l’insécurité » bien que son organisation et sa structure restaient « floues ».

Serge SINDANI

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

spot_img

EN CONTINU