RDC : Nicolas Kazadi veut perpétuer le système de carte visa liée au trésor public

- Publicité-

Le Ministre des Finances, Nicolas Kazadi, a affirmé son vœu de relancer la pratique d’usage de la carte Visa liée au trésor public. Il l’a fait savoir lors de son passage à la Radio Top Congo, alors qu’il était l’invité du magasine FACE-À-FACE.

« Nous allons reprendre le système de carte visa », a-t-il affirmé. 

D’après le patron des finances publiques congolaises, l’utilisation de cette carte réglerait la grande difficulté qu’ils (ministre du budget et lui) ont avec les membres du gouvernement qui viennent toujours à la dernière minute pour des missions qui ne sont pas toujours prévisibles longtemps à l’avance.

Faire différemment du régime Kabila

Nicolas Kazadi ne veut cependant pas tomber dans les mêmes erreurs que ses prédécesseurs. Pour le retour de cette pratique qui, il y a, quelques mois a défrayé la chronique avec les révélations de l’Inspection générale des finances (IGF) sur la détention de ce moyen de paiement rattaché au compte du trésor dont jouissaient certains dignitaires du régime Kabila, l’argentier Congolais a promis la « Transparence ».

« Nous allons le refaire dans les conditions de transparence qui soient inattaquables », a-t-il rassuré avant de noter que « le principe d’avoir une carte est normal ».

Pour Nicolas Kazadi « ce qui était absolument inacceptable, ce que c’était devenu de l’argent de poche de certains responsables en toute impunité et qui était renouvelé chaque mois sans rendre compte ».

En ce qui concerne des remboursements des sommes perçues par tous ceux que l’IGF a eu à dénoncer, Nicolas Kazadi pense que c’est impossible.

« Si on veut faire une justice pure et simple, tout le monde est mort. C’est impossible. Donc, on cherche des éléments où on doit frapper qui auront le plus d’impact sur ce changement. Nous sommes dans une sorte de République des repentis (c’est un terme que j’ai repris d’un député lorsque nous étions à la commission ECOFIN). Donc, le repentir doit aller jusqu’à son terme et tout le monde doit changer parce que personne n’est épargnée ».

- Advertisement -

Selon lui, « ce qui est important d’abord, c’est de tracer une sorte de ligne et dire : plus jamais ça. Tous les grands pays qui sont sortis d’une situation dramatique, on procédait de cette façon là. Ensuite, il faut s’assurer que les nouvelles règles s’appliquent à tout le monde ».

Pour la petite histoire, l’inspection Générale des Finances (IGF) a découvert dans ses investigations l’existence des cartes de crédits liées au Compte Général du Trésor via les Comptes RME de la Banque Centrale du Congo utilisées par plusieurs personnes. Il s’agit des personnes politiques, des membres du Gouvernement et même des personnes qui n’ont rien à voir avec l’Etat. C’est alors que, les autorités avaient décidé de bloquer toutes les cartes.

Carmel NDEO

notre sélection