« Il n’y a pas de troupes ougandaises en RDC mais des contacts réguliers et étroits entre nos forces armées » (Gouvernement)

- Publicité-

Le porte-parole du gouvernement et ministre de la communication et médias, Patrick Muyaya a, lors d’un briefing presse sur l’état de siège le lundi 29 novembre, auquel était associé les porte-paroles de l’Armée et de la Police, annoncé qu’il n’y a pas de troupes ougandaises en RDC.

Cependant, « plus d’une fois sur cette tribune, j’ai eu à parler des contacts réguliers et étroits qui existent entre nos forces armées, nos services de renseignement et les services de renseignement Ougandais », rappelle-t-il.

En revanche, il précise que « le président de la République a été élu sur base de la promesse de la paix et pour la paix, nous avons dit que nous ferons tout pour que nos populations de l’Est, des parties sous état de siège pour la recouvrir. »

Pour atteindre cet objectif, Patrick Muyaya prévient que « c’est donc aussi dans ce cadre que nous travaillons de manière régulière, avec les Armées des pays voisins, nous le disons, et qu’aujourd’hui, si dans le cadre des échanges de renseignements qui se font de manière régulière, il y a besoin, par rapport à la nature de la menace du cancer qui se métastase, de montrer d’un cran, bien sur que nous monterons. »

Il révèle que c’est même une recommandation sortie de la commission Défense et Sécurité de l’Assemblée nationale.

« Aujourd’hui, nous faisons tous face à une même menace qui s’appelle : forces démocratiques alliées (Adf en anglais). Vous avez vu que le 16 novembre dernier, elles ont frappé en plein Kampala (capitale Ougandaise) et elles frappent régulièrement en RDC », conclut-il.

Pour rappel, des voix se sont élevées dans la classe politique ainsi que la société civile Congolaise dont celle du Prix Nobel de la paix, Dénis Mukwenge depuis l’annonce, le week-end dernier, de l’autorisation qu’aurait accordée Felix Tshisekedi, à l’Armée Ougandaise d’entrée dans une partie de l’Est de la RDC (Nord-Kivu et Ituri) pour combattre les ADF.

Dominique Malala

notre sélection