Devant plus de 160 ministres du monde, Katumbi accuse Kinshasa de vouloir l’écarter de la présidentielle parce que son père est juif

- Publicité-

Moïse Katumbi Chapwe, ancien Gouverneur du Katanga et leader du parti Ensemble pour la République, affiche ses ambitions à briguer la présidence lors des scrutins de 2023. Cependant, il craint d’en être empêché, du fait que son père est juif.

Devant 160 ministres, parlementaires et des diplomates présents au Symposium de Cracovie (Pologne), Moïse Katumbi s’est présenté comme  « victime de l’antisémitisme politique » en RDC.

« En 2019, je suis rentré au pays et vous avez vu combien de millions des gens m’ont accueilli à cause du travail que j’ai abattu dans ce pays », a-t-il rappelé.

« Mais, maintenant que nous nous approchons des élections (de 2023), ils veulent m’écarter de la course (à la présidence), en utilisant l’argument que mon père est juif, et que je ne serais pas loyal à mon pays », a dénoncé Moïse Katumbi.

Le soutien juif

Le leader d’Ensemble pour la République, a sollicité le soutien de l’Association Juive d’Europe face à ce qu’il a qualifié d’antisémitisme politique à son encontre.

Visiblement, Moïse Katumbi issu d’un père juif, continue à considérer la loi Tshiani comme une menace pour sa candidature à la présidentielle. D’après ce projet de loi déposé à l’Assemblée Nationale, certaines fonctions régaliennes comme la présidence de la République, ne peuvent être exercées que par les congolais (100 %) de père et de mère.

Junior Ngandu

- Advertisement -
- Advertisement -

2 Commentaires

  1. c’est de l’enfantillage politique et une immaturité sans precedent qu’un leader de cet envergure aille criailler sur des fondements erronés. politicien vacillant qui ne mérite pas de diriger le grand Congo.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

notre sélection

%d blogueurs aiment cette page :