Congo Hold-Up : Une société attribuée à Kabila a bénéficié de plusieurs millions USD de la CENI, BCC et Assemblée Nationale

- Publicité-

L’ancien président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila, est au cœur d’un scandale financier de détournement de plus de 100 millions USD selon une enquête basée sur plus de 3,5 millions de documents et des millions de transactions issus de la banque BGFIBank, obtenus par Mediapart et l’ONG Plateforme de protection des lanceurs d’alerte d’Afrique (PPLAAF), et analysés par 19 médias, dont Radio France internationale (RFI), coordonnés par le réseau européen EIC, et cinq ONG internationales (PPLAAF, The Sentry, GEC, Resource Matters, Public Eye).

Selon les résultats de cette enquête, Port de Fisher, une société que les enquêteurs attribuent à Joseph Kabila, a bénéficié de plusieurs millions USD en provenance de plusieurs destinations notamment la Commission Électorale Nationale Indépendante, la Banque Centrale du Congo et l’Assemblée nationale.

« Cette société sous le contrôle de Joseph Kabila a reçu des fonds publics. Port de Fisher reçoit indirectement plusieurs virements d’un montant total de plus de 1,5 million de la Commission électorale de la RDC (Céni). Entre décembre 2016 et juin 2017, ces fonds transitent par un compte interne à la BGFI appelé « OAR Change ». Pour la centrale électorale congolaise, ces opérations apparaissent comme des opérations de change. En décembre 2016, 953 000 dollars sont ainsi prélevés. Entre mars et juin 2017, la Céni a changé, à huit reprises, des francs congolais (CDF) contre des dollars. Mais à chaque fois, la BGFI, sous le contrôle de Francis Selemani Mtwale, frère de Joseph Kabila, en a prélevé une partie au passage pour les virer à Port de Fisher, pour un total de 593 000 dollars », révèle Congo hold-up.

La BCC et l’Assemblée nationale aussi…

Port de Fisher, dont l’ancien président est « l’actionnaire majoritaire et bénéficiaire principal de ses comptes à la BGFIBank », a aussi bénéficié, toujours selon les résultats de cette enquête, de fonds venus de la Banque centrale congolaise voire même de la chambre basse du Parlement.

« Port de Fisher a également reçu des fonds de la Banque centrale du Congo depuis son compte à la BGFI. En octobre 2017, ce compte a viré à Port de Fisher l’équivalent de 1,75 million de dollars, dont 225 000 fournis quelques jours plus tôt par l’Assemblée nationale », dit l’enquête.

Parmi les autres « contributeurs » de Port de Fisher, on découvre en février 2017 « les Établissements Sinaco, un importateur de ciment chinois qui vire 1,1 million de dollars du compte Sinaco à la BGFI ». Son gérant, Tony Kapalata, cité par Congo hold-up, assurait n’avoir « aucune relation » avec la société de Joseph Kabila. « S’il s’avère que ce que vous me dites est vrai, je serai le premier à porter plainte contre la banque », ajoutait-t-il.

Stéphie MUKINZI

- Advertisement -
- Advertisement -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

notre sélection