PUBLICITÉ

Congo Hold-up : le Gouvernement décide d’enquêter sur les accusations de détournements portées contre Joseph Kabila et ses proches

Quelques jours après la publication de l’enquête dénommée Congo Hold-up incriminant Joseph Kabila et ses proches dans les détournements de près de 140 millions de dollars américains du trésor public, la ministre congolaise de la Justice, Rose Mutombo a officiellement saisi le procureur pour l’ouverture d’une instruction judiciaire afin de faire la lumière sur les accusations de détournements de fonds portées contre l’ancien président et son entourage.

Dans une lettre datée du samedi 20 novembre, Rose Mutombo, la ministre de la Justice, donne « injonction » au procureur général près la Cour de cassation « d’ouvrir une instruction judiciaire » sur les récentes « révélations de détournements de fonds publics impliquant plusieurs sociétés congolaises et internationales », rapporte le magazine Jeune Afrique qui ajoute que « la ministre a demandé d’engager, le cas échéant, des poursuites ».

« Acharnement injustifié et fixation haineuse »

Si celui que les Kinois appellent communément « Shina Rambo » est réputé pour sa nature « taiseuse », cela semble ne pas être le cas pour ses proches. Après une première réaction à chaud de sa cellule de communication qui a qualifié cette enquête d’une « fixation haineuse », une tentative de décrédibilisation et un « acharnement injustifié de puissances occultes » qui n’ont jamais digéré les choix courageux de souveraineté opérés sous sa présidence en matière électorale et minière, c’est le tour de son conseiller, Barnabé Kikaya Bin Karubi.

De son côté, Barnabé Kikaya, conseiller de première heure de Joseph Kabila a estimé qu’il y a sans aucun ombre de doute dans le chef de cette « union sacrée des médias et des ONG occidentaux, un appel à délation » quoi que nulle part il n’est demandé expressément à « Joseph Kabila, pourtant personnage-clé, de répondre aux préoccupations d’un consortium constitué dans un but unique et inique de le discréditer et de le couler ».

« Après tout, il n’est un secret pour personne que tout le temps où Joseph Kabila était aux affaires de janvier 2001 à janvier 2019, chacune de ses structures ne l’a jamais épargné. Toute, mais alors toute leur production n’a été que salissure. Congo Hold Up est donc la dernière en date », a argué Barnabé Kikaya Bin Karubi.

« Congo Hold-up », est le nom d’une enquête menée par un consortium de 19 médias et ONG. Basée sur la fuite de quelque 3,5 millions de documents confidentiels issus de la BGFIBank, elle incrimine l’ancien président Joseph Kabila, sa famille et ses proches. Selon Congo Hold-up, au total, près de 140 millions de dollars auraient été décaissés entre 2013 et 2018 au profit de proches de l’ancien chef de l’État.

Carmel NDEO

- Publicité -

EN CONTINU