PUBLICITÉ

Ituri : 107 morts dans une attaque d’un site de déplacés à Drodro et ses environs

L’émotion est vive en Ituri. Au moins 107 corps ont été retrouvés suite à l’attaque, intervenue la nuit du dimanche à ce lundi 22 novembre, une incursion ciblée notamment dans un site de déplacés aux villages de Drodro, Largu et environs, situés dans le territoire de Djugu en province de l’Ituri, apprend POLITICO.CD des sources civiles locales qui accusent le groupe milicien de la Coopérative pour le développement du Congo (Codeco).

Selon les informations parvenues à POLITICO.CD, des miliciens ont enchaîné des attaques depuis la matinée du dimanche 21 novembre sur plusieurs localités du territoire de Djugu en Ituri. Ils ont d’abord attaqué Bule, un centre de la chefferie de Bahema Badgere, puis à 3km de là, ils se sont pris au village Ngazba, avant de se diriger vers la mission catholique de Drodro qui abrite également un grand site des déplacés internes qui avaient fui les exactions dans leurs villages.

- Publicité-

Ce lundi, le bilan de cette incursion est lourd. Le baromètre sécuritaire du Kivu, tout comme les organisations de la société civile locale en Ituri, parlent de 107 morts dont majoritairement sont des civils.

« Au moins 107 corps ont été retrouvés suite à l’attaque, hier et aujourd’hui, des villages de Drodro, Largu et environs (territoire de Djugu, Ituri) par des miliciens #Codeco. La grande majorité des morts sont des civils. », a-t-on lu sur le compte Twitter du Baromètre sécuritaire du Kivu.

Cette situation a plongé la localité de Drodro et ses environs dans une psychose. D’autres sources ont indiqué que les rebelles contrôlent la région. Plusieurs déplacés ont fui et leur camps a été incendié.

Contacté par POLITICO.CD, le porte-parole des opérations militaires en Ituri ne confirme pas ce bilan. Jules Ngongo informe cependant que les forces armées sont sur le lieu pour contrôler la zone et que le bilan provisoire est d’une dizaine de civils tués.

« Depuis le matin, les forces armées sont à Drodro et contrôlent la zone. Nous avons fouillé, il y a 12 corps de nos compatriotes qui ont été tués par ces miliciens. Ceux qui publient ces informations faisant étant de 107 morts savent pourquoi ils le font. Nous compatissons avec tous ces compatriotes qui ont péri. C’est inacceptable qu’un camp des déplacés soit attaqué », a-t-il ajouté à POLITICO.CD

Serge Sindani

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

EN CONTINU