RDC : « Sous de faux libellés », plus d’un million USD a été versé des comptes de la CENI vers celui de « Sud Oil », une « siphonneuse » des proches de Joseph Kabila

- Publicité-

Congo Hold-up, est le titre d’une enquête troublante rendue publique ce vendredi 19 novembre 2021. Cette enquête est le résultat d’une série d’investigations menées par plusieurs médias internationaux dont Mediapart, RFI, De Standaard, Le Soir, NRC, Der Spiegel, InfoLibre, Politiken, Expresso, VG, Nacional, RCIJ, Bloomberg, L’Orient le Jour, BBC Africa Eye, KvF, The Namibian, The Continent et The Wire couvrant une période de 10 ans. Il s’agit de la plus importante fuite des données venant du continent africain, selon Henri Thulliez, directeur de la Plateforme de protection des lanceurs d’alerte en Afrique (PPLAAF). Plus de 3,5 millions de documents bancaires et de transactions du groupe africain BGFI ont été analysés.

Dans cette enquête, ces médias révèlent qu’en 2016, la commission Électorale Nationale Indépendante CENI est allée emprunter une somme de 25 millions de dollars à la BGFI, ce qui génère 1 million de dollars américains de frais. Cependant, indique cette enquête « ces frais sont prélevés deux fois par la banque le 13 mai 2016. Le second débit de 1 million de dollars, libellé « commissions de notification », est viré sur le compte de Sud Oil et retiré en cash deux jours plus tard par l’homme de main de Selemani, David Ezekiel ».

Pour justifier ce paiement, un cadre de la banque a produit une facture indiquant que Sud Oil aurait vendu 751 852 litres de gasoil à la Ceni. Ce qui paraît louche selon les documents du Congo Hold-up puisque « le libellé de la transaction était différent et que les enquêteurs n’ont pas pu trouver trace d’une activité de Sud Oil dans le pétrole » .

En juillet 2016, la Centrale électorale congolaise a viré 299 998 dollars supplémentaires à Sud Oil, en quatre versements, dont les libellés indiquent qu’il s’agissait d’achats de carburant pour avion.

Face à ces révélations, l’ancien président à l’époque des faits, Corneille Nangaa, a refusé de répondre, tandis que l’ancien vice-président, Norbert Basengezo a indiqué n’avoir « jamais entendu parler de ce dossier ni de la société » Sud Oil.

Pour la petite histoire, Sud Oil dont il est question a été créée en 2008 par Pascal Kinduelo, un homme d’affaires proche de la famille Kabila, qui devient président du conseil d’administration de la BGFIBank RDC deux ans plus tard. M. Kinduelo possédait 60% de ses parts. Les 40 autres pour cent étaient détenus par ses filles Mina et Lyvie Kinduelo.

Au départ, Sud Oil est une véritable société de distribution de pétrole : elle possède un petit réseau de sept stations-service. Mais en 2011, elle vend ces stations et semble entrer en sommeil. Mais elle connaît ensuite une deuxième vie, quand la famille Kabila en prend le contrôle.

Officiellement, selon un procès-verbal, le 4 octobre 2013, se tient une assemblée générale extraordinaire de Sud Oil. Les actionnaires déclarés à cette occasion sont Aneth Lutale, femme de Francis Selemani Mtwale (80%) et Gloria Mteyu (20%). Au début de la séance, les gérants sont encore Pascal Kinduelo et l’une de ses filles. Mais quand l’assemblée se termine, ils ont démissionné et sont remplacés par un certain David Ezekiel.

Carmel NDEO

- Advertisement -
- Advertisement -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

notre sélection