PUBLICITÉ

RDC : La diffusion de la chanson « Nini tosali te » interdite sur toute l’étendue de la RDC par la commission de censure

La commission nationale de censure de la République démocratique du Congo vient d’interdire la diffusion, sur toute l’étendue du pays, de la chanson à succès « Nini tosali te » du groupe « Musique Populaire de la Révolution » (MPR). Annonce faite ce mardi 9 novembre, par l’avocat général près le Conseil d’État, Bernardin Mayindombe Mway qui saisit les médias pour exécution de cette décision.

« Est interdite la présentation et la diffusion au public sans autorisation du clip de la chanson intitulée « Nini tosali te ? » du groupe MPR sur toutes les chaînes de télévision, les stations radios ainsi que les écrans géants et autres moyens de communication installés sur l’ensemble de la RDC », lit-on de cette correspondance.

- Publicité-

Bien avant cette décision, Steve Mbikayi, Président du « Front Patriotique 2023 », annoncait le lundi 8 novembre qu’une « réplique se prépare » après la sortie de la chanson « Nini tosali te », entendez : « que n’avons nous pas fait », du groupe MPR. À POLITICO.CD, Steve Mbikayi reconnaît que « la misère est réelle » mais n’admet pas que Félix Tshisekedi, « personne pointée », ne soit le « responsable direct » de cette situation.

« Manipulation artistique. Musique engagée. Réveil spontané des musiciens et autres griots. Ça sent une sponsorisation,un complot tramé pour faire porter le chapeau d’une misère vielle de 60 ans à un pouvoir de 3 ans, au Raïs actuel ! Injuste et malhonnête ! Une réplique se prépare », déclare-t-il.

Plusieurs régimes politiques ont défilé mais la situation sociale de congolais reste inchangée. « Nini tosali te », entendez : que n’avons-nous pas fait ? C’est en tout cas la grande question que pose le groupe « MPR » (Musique Populaire de la Révolution), à travers leur nouveau tube. En quatre minutes et quarante-quatre secondes, Yuma Dash et Zozo Machine, le duo « MPR » évoque, avec des mots simples, des maux qui révoltent.

Que n’avons-nous pas fait ?

Plus qu’un cri d’alarme ! Le duo « MPR » se pose en alarmiste avec des larmes de mots qui peignent un tableau larmoyant d’une jeunesse qui se cherche, encore et encore. Yuma Dash et Zozo Machine parlent de jeunes congolais. Leur réalité. Surtout leur ras-le-bol. Dans cette chanson aussi poignante, les artistes tentent de traduire en mieux tout ce qui ronge la jeune congolaise.

« Soixante et un d’indépendance mais nous sommes toujours à la traine. Est-ce le déluge qu’avait prévenu Mobutu Sese Seko ? Je ne suis plus très enthousiaste quand il faut aller voter. Elections ou pas, c’est pareil ! La famine nous colle à la peau comme une seconde nature. L’insécurité est partout dans nos quartiers. Nous avons perdu le goût du petit déjeuner. Les députés au parlement passent le plus clair de leurs temps à festoyer. La vie de congolais est comparable au combat d’Ali et Foreman. On dit qu’on est un « pays riche », certes dans les faits, la réalité est tout autre. Nous avons fait toutes sortes de prières et pourtant Dieu nous ignore », chante le MPR.

Yuma Dash et Zozo Machine en veulent aussi aux politiciens. « La plupart d’hommes politiques sont sans vision ils font beaucoup de promesses, une fois qu’ils trouvent leurs comptes, ils vous tournent le dos. Nos larmes reflètent notre mode de vie et tout au long du temps notre sourire masque un profond mal-être. Etudier, nous l’avons fait. Jeûnes et prières, nous les avons faits. Nous avons même défait les liens de famille. Lutter et persévérer, nous les avons faits. Mais que nous n’avons pas fait ? », S’interrogent-ils.

Stéphie MUKINZI

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

1 COMMENTAIRE

  1. Mais pourquoi censure cette chanson ils n’ont cité personnes. On comprend que ça fasse mal n’est ce pas dit-on celui qui se gratte a des gales

Comments are closed.

EN CONTINU