Attaque de Chanzu : dénonçant des « actes de provocation » des FARDC, le M23 dit « n’être pas engagé dans quelques confrontations armées»

- Publicité-

Le Mouvement du 23 Mars (M23) a réagit face aux accusations des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) sur l’attaque des villages de Chanzu et Runyonyi, dans le groupement de Jomba (territoire de Rutshuru) au Nord-Kivu.

Dans un communiqué de presse rendu public ce lundi 08 novembre 2021 dont une copie est parvenue à POLITICO.CD, ce mouvement rejette cette accusation et affirme être engagée depuis plus d’une année « dans les pourparlers avec le gouvernement de Kinshasa » où ses « délégués ont séjourné et ont eu des échanges très fructueux » avec l’administration de Félix Tshisekedi.

Pour ce mouvement, il est donc mal indiqué de croire que notre qu’il puisse s’engager dans des hostilités avec les FARDC en ce moment où leur partenariat avec le Gouvernement de la République se porte mieux et que tous les espoirs sont encore permis. En clair, le M23 dit n’est pas engagé dans quelques confrontations armées dans le territoire de Rutshuru;

Il dénonce toutefois, que leurs combattants qui sont dans le territoire de Rutshuru depuis 2017 pour y attendre la réponse du Gouvernement aux causes profondes du conflit qui leur a opposé, subissent des actes de provocation de la part des quelques éléments incontrôlés des FARDC depuis l’année 2020. Cependant, ils se sont toujours abstenus de répondre de peur de provoquer une nouvelle guerre inutile.

Ainsi, le M23 exige que : « ces éléments incontrôlés déployés dans différentes positions de l’Armée Gouvernementale dans le territoire de Rutshuru soient relevés aux fins de mettre un terme aux actes de provocation auxquels ils se livrent malignement et éviter ainsi une confrontation dans cette zone au moment où tout notre peuple aspire à la paix et voudrait voir tous les citoyens de la République épris de paix se ranger derrière les efforts du Chef de l’Etat pour neutraliser les bandes armées étrangères dont les ADF, FDLR, etc. qui écument l’Est du pays depuis plusieurs décennies et y sément chaos et désolation.»

Dominique Malala

- Advertisement -
- Advertisement -

notre sélection