Lutte contre le changement climatique en RDC : Ève Bazaïba propose un budget estimé à 48,68 milliards de dollars

- Publicité-

La vice-première ministre, ministre d’État en charge de l’Environnement et Développement Durable, Ève Bazaïba Masudi, propose un budget estimé à 48,68 milliards de dollars américains pour lutter contre le changement climatique en République démocratique du Congo. C’était lors de la vingt-sixième réunion du Conseil des ministres présidée par le Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge, ce vendredi 29 octobre 2021, par visioconférence.

« Le budget estimé de la mise en œuvre de la CDN de la RDC est de 48,68 milliards de dollars américains dont 25,60 milliards de dollars américains pour la mise en œuvre des initiatives d’atténuation, et 23,08 milliards de dollars américains destinés aux mesures prioritaires d’adaptation », peut-on lire dans le compte-rendu du Porte-parole du gouvernement congolais.

C’est dans un document intitulé « Contribution Déterminée au niveau National (CDN) » que la ministre de l’Environnement et Développement Durable a résumé toutes les propositions de la RDC pour lutter contre le changement climatique. Ce document « est non seulement un outil de cadrage stratégique en ce qui concerne la lutte contre le changement climatique mais également un acte d’engagement international de la RDC ».

Selon Ève Bazaïba, les secteurs pris en compte pour la réduction du gaz à effet de serre sont entre autres l’Énergie, l’Agriculture, les forêts et les déchets.

« Elle a indiqué que l’ambition de réduction du gaz à effet de serre de la RDC a été relevée de 17% à 21% correspondant à la période couverte de 2021 à 2030. Les secteurs pris en compte pour contribuer à cette réduction sont l’Energie, l’Agriculture, les Forêts, et les Déchets. Ces secteurs sont les principaux émetteurs de dioxyde de carbone, de méthane et de protoxyde d’azote », a-t-elle indiqué.

La vice-première ministre estime qu’il est nécessaire d’entreprendre des réformes institutionnelles et légales nécessaires mais notamment d’adopter des politiques sectorielles adaptées à la mise en œuvre de la CDN et à son succès.

« Ces réformes, a-t-elle insisté, devront permettre à notre pays de mettre en place les conditions nécessaires à la réduction de ses émissions de gaz à effet de serre et de s’assurer que sa population et son économie s’adaptent au changement climatique ».

Elle a, en outre, rappelé au Conseil que la RDC se présentera à Glasgow comme pays-solution aux problèmes du changement climatique.

Le Conseil a adopté ce dossier, juste après débat et délibérations.

Christian Malele

- Advertisement -
- Advertisement -

notre sélection