RDC : « Il ne reste que deux ans. Nous sommes déterminés à travailler pour des scrutins crédibles dans le délai constitutionnel » (Denis Kadima)

- Publicité-

Le nouveau Président de la commission électorale nationale indépendante (CENI), Denis Kadima, a déclaré ce vendredi 29 octobre au cours de sa prise officielle des fonctions que son équipe et lui-même sont « déterminés à travailler pour les élections crédibles dans les délais constitutionnels ». Reconnaissant qu’il ne reste que deux ans pour arriver en 2023, année électorale, le remplaçant de Corneille Naanga affirme qu’il n’a pas d’autre choix que retrousser les manches.

« Il ne reste que deux ans. Nous n’avons pas d’autre choix que de nous retrousser les manches. Nous sommes déterminés à travailler pour les élections dans les délais constitutionnels. La CENI doit investir dans ses ressources humaines », fait savoir Denis Kadima, président CENI.

Âgé de 60 ans, Denis Kadima impressionne avant tout par son CV. Cet expert électoral a été formé à l’université de Lumbumbashi et a obtenu un master d’une des plus grandes universités sud-africaine, celle de Witwatersrand.

Le nouveau président de la Céni dirige depuis 2002 l’Institut électoral pour une démocratie durable en Afrique, basé à Johannesburg et, avant cela, a travaillé pour le National Democratic Institute, un think tank américain. Fort de cette expérience, il a apporté un appui technique à différentes missions d’observation avec l’Union africaine, la Cédéao ou encore la Sadc.

Au total, Denis Kadima, qui parle cinq langues, a participé à plus de 80 processus électoraux. Ce fut par exemple le cas au Soudan, en Tunisie et, plus récemment, en Côte d’Ivoire où il a conduit la mission conjointe avec le Carter Center lors de la présidentielle d’octobre 2020.

Bureau pas complet

A ce jour, trois postes réservés à l’opposition sont restés vacants (2ème vice-présidence, Questure et un membre de la plénière). L’opposition dénonce la manière dont le processus s’est déroulé dans un cafouillage dans le seul but de mettre en place une commission électorale nationale indépendante aux ordres. Ensemble pour la République via ses groupes parlementaires MS-G7 et AMK et Alliés a également dénoncé la même chose et n’a pas désigné officiellement ses délégués à la CENI.

L’équipe dirigée par Corneille Nangaa était en place depuis 2015 et a fini son mandat de 4 ans depuis juin 2020.

Stéphie MUKINZI

- Advertisement -
- Advertisement -

notre sélection