CENI : les députés FCC refusent de cautionner la procédure « cavalière » enclenchée par Mboso

- Publicité-

Après avoir boycotté la plénière de ce vendredi 15 octobre qui risque d’être reportée à une date ultérieure, le groupe parlementaire du Front Commun pour le Congo (FCC) fidèle à Joseph Kabila refuse de cautionner la procédure qu’il juge irrégulière et cavalière enclenchée par le Bureau de l’Assemblée Nationale qui, selon eux, enfreint aux prescrits de son règlement intérieur.

Ce groupe des députés nationaux membres du FCC dit avoir à l’esprit les prescrits de la Constitution, les lois de la République, du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale et du contenu de la lettre du Chef de l’État, Félix Tshisekedi, adressée à la Chambre Basse du Parlement et portant refus d’entériner Ronsard Malonda pour défaut de consensus et absence de signature du Président et Vice-président de la sous-composante confessions religieuses de la composante société civile, en l’occurrence la CENCO et l’ECC.

« Considérant l’indifférence du Président du Bureau de l’Assemblée nationale à s’affranchir de ses irrégularités tant décriées et entachant des règles et usages parlementaires en encourageant la composition monolithique d’une commission paritaire ainsi que la volonté manifeste d’imposer un passage en force dans la désignation des susdits animateurs de la CENI de manière non-consensuelle », ont renchéri les députés nationaux du FCC.

De ce fait, ils disent « NON » à tout assujettissement de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI); ils demandent, pour ce faire, à Félix Tshisekedi de ne pas entériner, le cas échéant, la désignation d’un Président de la CENI et d’autres animateurs de cette institution, obtenue, d’après eux, dans des conditions d’irrégularités manifestes sus-évoquées et d’éviter ainsi à la RDC la rupture des équilibres ; et ils condamnent le comportement qu’ils qualifient d’anti-démocratique, arbitraire et dictatorial d’un Bureau de l’Assemblée nationale au service d’une seule et unique famille politique.

Christian Okende

- Advertisement -
- Advertisement -

notre sélection