jeudi, octobre 28, 2021
DRC
57,470
Personnes infectées
Updated on 28 October 2021 à 2:31 2 h 31 min
DRC
5,449
Personnes en soins
Updated on 28 October 2021 à 2:31 2 h 31 min
DRC
50,930
Personnes guéries
Updated on 28 October 2021 à 2:31 2 h 31 min
DRC
1,091
Personnes mortes
Updated on 28 October 2021 à 2:31 2 h 31 min

Fabriqué en RDC, Ebanga est le nouveau médicament contre Ebola

- Publicité-

La République démocratique du vient de se doter d’un nouveau médicament spécifique contre Ebola. « Le monde scientifique est honoré de la découverte par l’équipe du professeur Jean-Jaques Muyembe » d’un nouveau médicament spécifique pour le traitement de la maladie à virus Ebola, a déclaré le ministre de la recherche scientifique au cours de la cérémonie marquant le lancement officiel d’EBANGA, anticorps monoclonal humain, ce jeudi 16 juin à l’INRB.

Une prouesse que José Mpanda dit féliciter : « je voudrais féliciter cette découverte à mettre au profit de mon bilan », a dit José Mpanda.

Ce médicament est approuvé par l’agence américaine la FDA américaine. « EBANGA bloqué la liaison du virus au récepteur cellulaire, empêchant son entrée dans la cellule », explique la FDA.

https://www.fda.gov/drugs/drug-safety-and-availability/fda-approves-treatment-ebola-virus

Ce médicament « a été évalué dans un essai clinique (dit PALM) dirigé par les National Institutes of Health des USA et l’INRB, institute nationale de recherches biomédicales, avec la contribution de plusieurs autres organisations et agences internationales ».

Professeur Jean-Jacques Muyembe, responsable de lutte contre cette maladie, reconnaît que « les gens ne croyaient pas à l’efficacité de la transfusion sanguine ». Il explique que « faire adopter nos théories n’a pas été chose aisée car nos partenaires n’y croyaient pas. Il nous a fallu batailler ferme, en RDC mais aussi en 2016 en Afrique de l’Ouest, avec moins de succès, jusqu’à ce que nous avons trouvé un malade sur qui nous avons prélevé du sang. Et sommes enfin arrivés à un succès ».  

EBANGA n’aura pas une valeur commerciale comme tel, il ne sera d’ailleurs pas vendu au grand public, « c’est un médicament pour une maladie rare », ajoute le professeur Muyembe avant de préciser « qu’il sera disponible à Genève (au siège de l’OMS) et à l’INRB pour que nous puissions intervenir directement en cas d’épidémie ».

Stéphie MUKINZI

- Advertisement -
- Advertisement -

notre sélection