PUBLICITÉ

Affaire sextapes des élèves : ils ne sont pas exclus du système éducatif, mais du réseau catholique (Tony Mwaba)

Les auteurs des sextapes ayant défrayé la chronique à Kinshasa ont fini par être identifiés. Il s’agit des élèves du Complexe Scolaire Saint Georges, de la commune de Kintambo. Ces derniers ont été exclus définitivement de cette école et de tous les écoles catholiques.

Cette décision a été très mal reçue par la société congolaise et d’autres organisations de la société civile qui estimaient que la sanction infligée mardi par les autorités du collège Saint Georges de Kintambo et validée par le ministre de l’EPST Tony Mwaba, était excessivement sévère.

- Publicité-

« Ils ne sont pas exclus du système éducatif, mais du réseau catholique, ils ont été définitivement renvoyés des écoles catholiques », a rassuré le ministre Tony Mwaba, dans une dépêche parvenue à POLITICO.CD ce mercredi 8 septembre.

Signalons que le ministre des droits humains, Fabrice Puela qui a sévèrement condamné précédemment la sanction infligée à ces élèves, a rencontré ce mercredi son collègue de l’EPST qui l’a rassuré, selon la cellule de communication le ministre des droits humains, que les élèves du collège Saint Georges, auteurs d’actes immoraux (que nous condamnons fermement) sont exclus de l’école et non du système éducatif national.

Pour M. Puela, ces élèves doivent bénéficier d’un accompagnement psychologique.

Dominique Malala

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

spot_img

EN CONTINU