PUBLICITÉ

Le FCC de Joseph Kabila menace de mobiliser tous ses députés, sénateurs ainsi que ses « millions d’adhérents » pour faire échec à la loi Tshiani

La proposition de loi de Noël Tshiani verrouillant l’accès à la présidence de la République et de deux chambres du Parlement aux congolais nés de père et de mère congolais, continue à agiter les états majors des formations politiques. Aussitôt déposée au bureau de l’Assemblée nationale pour un probable examen et vote par les députés nationaux, cette proposition de loi n’est pas la bienvenue notamment au Front Commun pour le Congo (FCC) de Joseph Kabila. Dans une déclaration faite ce samedi 10 juillet à Kinshasa, cette plateforme qui se dit indignée, annonce son opposition.

« Tout en s’indignant de cette initiative législative rétrograde, le FCC s’oppose à cette proposition de loi qui est à la fois anticonstitutionnelle, inopportune, discriminatoire et conflictogène », lit-on dans ce communiqué.

- Publicité-

Le Front Commun pour le Congo soutient que la loi fondamentale a déjà résolu les mécanismes d’accès au pouvoir comme pour les autres fonctions. Par conséquent, les pro Kabila menacent de mobiliser leurs députés nationaux et sénateurs afin de faire échec à cette proposition de loi.

« Dans l’intérêt supérieur de la Nation, le FCC exhorte donc toutes les forces politiques et sociales éprises de paix, ainsi que la population congolaise en général, à se mobiliser pour faire échec à cette proposition de loi inique. Il s’engage, pour sa part, à mobiliser à cette fin tous ses élus, députés nationaux et sénateurs, ainsi que les millions de ses adhérents répartis sur l’ensemble du territoire national », renchérit le communiqué.

En outre, le Front Commun pour le Congo dit alerter l’opinion tant nationale qu’internationale sur le danger que cette proposition de loi représente pour l’avenir de la République démocratique du Congo et les conséquences incalculables pour la stabilité du pays.

« Un instrument d’exclusion et de division »

Le même samedi 10 juillet, l’Archevêque métropolitain de Kinshasa, le Cardinal Fridolin Ambongo a, au cours d’une cérémonie de possession canonique du nouvel archevêque métropolitain de la ville de Lubumbashi, exprimé son opposition à la proposition de loi Tshiani. Une proposition de loi déjà déposée à l’Assemblée nationale.

Dans son homélie, le Cardinal Fridolin Ambongo soutient que cette proposition est un instrument d’exclusion qui vise à diviser la Nation.

« Cette proposition apparaît comme un instrument d’exclusion et de division. Je vous invite tous à rester extrêmement vigilants par rapport à toutes ces initiatives dangereuses qui n’ont comme unique mérite de créer la tension au sein du peuple », a-t-il déclaré.

Il sied de signaler que cette proposition initiée par Noël Tshiani, candidat malheureux à la présidentielle de 2018 défraye la chronique congolaise depuis quelques semaines.

Pour le camp de Moïse Katumbi, potentiel candidat aux élections prévues en fin 2023, cette proposition est une insulte à l’endroit de tous les combattants de la liberté, les héros et les martyrs de la démocratie qui se sont sacrifiés pour arracher une alternance démocratique et met à mal l’unité et la cohésion nationales en créant différentes catégories de citoyens au sein d’une même Nation.

Le parti de Moïse Katumbi, Ensemble pour la République a menacé de quitter l’Union Sacrée en cas d’inscription de cette proposition au calendrier de travaux de la chambre basse du Parlement.

Stéphie MUKINZI

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

spot_img

EN CONTINU