PUBLICITÉ

À Beni, des « terroristes s’infiltrent dans les espaces lacunaires pour décapiter les civils » (Conseil des ministres)

À Beni, ville meurtrie située au Nord-Kivu, dans l’Est de la République démocratique du Congo, la situation sécuritaire s’est complexifiée par l’adoption d’un nouveau mode opératoire des terroristes, notamment les ADF/MTM, actifs dans la région et dont les différentes attaques sont revendiquées par l’état islamique. Ce constant a été révélé par le Ministre de la défense nationale et anciens combattants lors de la dixième réunion des Ministres animée vendredi 02 juillet à Kinshasa, par visioconférence.

D’après le Ministre Gilbert Kabanda, cette nouvelle manière des rebelles d’opérer n’est autrement que l’usage d’engins explosifs artisanaux.

- Publicité-

Le Gouvernement ajoute que « pour y arriver, les terroristes s’infiltrent à travers les espaces lacunaires où ils se font aider par des complices ou des supplétifs pour poser des bombes et décapiter des civils, » lit-on dans le compte-rendu.

« Tout en renforçant la vigilance des Forces de défense et de sécurité, le Gouvernement a réitéré l’appel du Commandant Suprême à la population de collaborer davantage avec son Armée et sa Police en dénonçant toute manœuvre ennemie, et contribuer ainsi à la sécurisation plus accrue de la cité. » rapporte le compte-rendu du conseil des Ministres consulté par POLITICO.CD

Par ailleurs, face à cette situation qui prévaut à Beni, les forces armées de la RDC ont pris et mettent en œuvre les dispositions suivantes :

  • L’analyse des débris d’engins explosifs improvisés de Beni afin d’en déterminer la composition chimique ;
  • Le renforcement des mesures restrictives relatives à l’état de siège ;
  • La poursuite des opérations militaires en profondeur dans les zones rouges ;
  • La réorganisation des Unités déployées qui ont perdu le gros de leurs effectifs

En outre, le Ministre de la Défense Nationale et Anciens Combattants a
porté à la connaissance des membres du Conseil que le constat fait par le Chef de l’Etat sur l’existence, il y a quelques années, « des réseaux mafieux au sein des forces de défense et sécurité a été très apprécié par les gradés et les soldats de rang. »

Ainsi, « il a décidé de la relance immédiate des procédures judicaires à l’endroit des présumés
détourneurs dont les dossiers sont pendants devant les Cours et Tribunaux militaires. » a fait remarqué Gilbert Kabanda, ministre de la défense nationale et anciens combattants.

Serge SINDANI

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

spot_img

EN CONTINU