PUBLICITÉ

9 mois impayée : le gouvernement Ngobila soupçonné de rouler l’entreprise Solutech/e-Tax malgré ses 500 000 USD d’investissements et plus de 1000% de croissance de recettes de l’HVK

Présentée comme la solution numérique pour lutter contre l’évasion fiscale par la startup congolaise Solutech SAS qui œuvre dans le secteur des technologies financières, « e-Tax » est boudée par la Direction Générale des Recettes de Kinshasa (DGRK).

La DRGK, conduite par le Directeur Général Félicien Kuluta Ntula, a levé l’option, au début du mois d’Avril dernier, de surseoir momentanément l’utilisation de la plateforme « e-Tax » pendant la période des relances et recouvrements forcés d’environ 35.000.000 USD, identifiés dans la plateforme e-Tax pour une ancienne solution temporaire interne à la DGRK.

- Publicité-

Contacté par la rédaction de POLITICO.CD, un membre de service de communication de la DRGK, couvert d’anonymat, a affirmé que cette décision prise par le Directeur Général de la DGRK s’explique notamment par des problèmes techniques rencontrés dans le fonctionnement de la plateforme. Selon lui, cette plateforme de numérisation des recettes de la ville accuse un « dérèglement du système, mais aussi, l’application ne présente pas d’interfaçage avec les banques » partenaires au projet. « Le Directeur Général n’a jamais voulu se débarrasser de la plateforme e-Tax », avance-t-il tout en soulignant que le DG Félicien Kuluta Ntula a tout simplement invité l’entreprise Solutech à enrichir certains modules afin de permettre à cette direction d’atteindre ses objectifs.

« e-Tax est parfaitement fonctionnelle et interconnectée avec toutes les banques »

Cependant, dans une correspondance parvenue le 4 mai dernier au Gouverneur de la ville Gentiny Ngobila Mbaka, on y découvre l’entreprise Solutech apportée « les éléments de réponses et les évidences qui attestent que la plateforme e-Tax est parfaitement fonctionnelle pour prendre en charge la phase de relance des assujettis » à contrario des « plaintes émises au cours de la réunion du 03 mai dernier par certains utilisateurs de la DGRK ».

« Nous avons constaté dans la réunion du lundi 03 mai 2021 dernier que certains utilisateurs de la DGRK ont relevé leurs raisons de mettre de côté le système e-Tax pour cette phase de relance, sans laisser à Solutech l’opportunité de démontrer que la fonctionnalité de relance est bel et bien disponible et opérationnelle et déjà utilisée par 3 centres de recettes de la DGRK et de présenter les évidences telles que décrites dans la présente », a fait observer Solutech au Gouverneur Gentiny Ngobila.

Sachant que Solutech est rémunéré sur base des performances réalisées en termes de traçabilité des flux financiers et d’augmentation des collectes, poursuit cette startup, une telle option de contourner sa solution sur base de fausses allégations non prouvées émises verbalement par une partie des utilisateurs de la DGRK pour « d’obscures raisons » s’apparenterait, note-t-elle, à un abus de confiance et une tentative de détournement des performances de Solutech, « tout en sachant que l’intégralité des recettes concernées par les relances, que certains utilisateurs veulent exploiter en dehors de son système, proviennent de ce dernier ».

9 mois déjà d’impaiement de Solutech par l’hôtel de ville malgré les investissements et les croissances réalisées

Se refusant de tout commentaire à ce sujet, un employé de l’entreprise Solutech, qui n’a pas voulu être cité, a confié par contre d’autres difficultés que rencontre actuellement cette jeune entreprise. A l’en croire, à cause du non-paiement de 9 mois des arriérés dû à Solutech pour sa plateforme « e-Tax » par l’Exécutif Provincial via son ministre des Finances, l’entreprise fonctionne avec les moyens de bords. Pour lui, rien ne peut justifier une telle situation d’autant plus que « démarré à Kinshasa en mai 2020 en plein confinement alors que tous les prestataires concurrents avaient pliés bagages pour leurs pays d’origine, lancée en Juillet 2020, cette plateforme (e-Tax) a le premier mois, permis qu’on réalise (au profit de la ville de Kinshasa) des croissances des recettes exponentielles allant parfois jusqu’à 1135% comparé aux mêmes périodes des années précédentes ».

Cet employé de Solutech, qui cache mal son désarroi, s’interroge sur « comment ne pas payer ces jeunes entrepreneurs qui ont non seulement investit leurs intelligences, mais aussi plus de 500,000$ dans les équipements informatiques déployés dans les sites de la DGRK, DGPEK, Aéroports, etc. de la ville de Kinshasa, des Kits d’énergie renouvelables et autres ? En ce moment où l’entrepreneuriat congolais est à encourager, que dire de ces genres de réalités ? », se plaint-il.

Une mission de la Présidence diligentée

Cette affaire semble avoir pris des proportions démesurées éveillant même la curiosité de la Présidence de la République. À cet effet, l’Agence de Prévention et de lutte contre la corruption (APLC), une structure de la Présidence qui comme le dit son nom « lutte contre la corruption », a dépêché une équipe constituée de 4 agents « pour effectuer une mission d’investigation auprès de la Direction Générale des Recettes de Kinshasa (DGRK) ».

Signée le 14 mai dernier par l’ancien Coordonnateur Ghislain Kikangala, cet ordre de mission porte pour objet : « Evaluation de l’effectivité du contrat signé entre la Ville de Kinshasa et Solutech SAS portant sur la mise en place d’un système numérique pour l’optimisation des procédures de collecte des recettes dans la Ville de Kinshasa ».

Développée par la startup congolaise Solutech, « e-Tax » est une solution informatisée qui facilite la déclaration et le paiement des taxes et contrôle le circuit des recettes de bout en bout, empêchant donc toute possibilité de détournements des recettes. Elle permet notamment de suivre les déclarations des taxes et impôts d’un bout à un autre c’est-à-dire qu’une déclaration faite dans le système e-Tax est suivie jusqu’à son paiement dans le compte du trésor, le compte receveur ce qui rend donc quasi impossible les pratiques mafieuses consistant à détourner des paiements potentiels des taxes et impôts vers d’autres comptes que ceux du trésor.

Hervé Pedro

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

spot_img

EN CONTINU