Affaire 140 millions USD de créances douteuses : les excuses publiques et en plénière de Fidèle Likinda à Constantin Mbengele, ancien ADG du FPI

- Publicité-

Fidèle Likinda, député national, présente ses excuses publiques et pendant la plénière à l’ancien Directeur Général du Fonds de Promotion de l’Industrie (FPI), Constantin Mbengele, actuellement aussi député national. En effet, le député Fidèle Likinda était le promoteur d’une interpellation, le 27 décembre 2014, à l’encontre de Constantin Mbengele, alors Administrateur Directeur Général du FPI. Cette initiative parlementaire avait conduit à la mise en place d’une commission parlementaire chargée d’enquêter sur le FPI pendant ses 25 ans de gestion. Dans son interpellation, reconnait-il, Fidèle Likinda avait affirmé que Constantin Mbengele a détourné. 7 ans après, il revient sur ses affirmations et présente ses excuses, bien que le rapport de la commission l’avait déjà contredit depuis 2015.

« Avant toute chose, l’honnêteté intellectuelle m’oblige de présenter les excuses et pardon à un collègue aujourd’hui. Hier, il était le DG du FPI. Moi, personnellement, j’avais initié une interpellation qui avait découlé à une commission d’enquête et dans mes termes, parce que les archives sont là, je considérais que l’ancien DG avait détourné or en réalité, il y avait absence de cette loi. Il n’avait pas détourné », fait-il son mea culpa.

Le député Likinda poursuit son mea culpa en expliquant que les fonds alloués au FPI sont « pré-affectés » et plusieurs millions du contribuable congolais « traînent entre les mains de tiers ».

« Les fonds du Fonds de Promotion de l’industrie sont des fonds pré-affectés pour l’industrie congolaise. Au bénéfice de la population congolaise. Qu’est-ce que nous constatons monsieur le Président, le FPI, l’agent du contribuable traîne entre les mains de tiers. En son temps, les résultats de nos enquêtes démontraient qu’il y avait plus de 140 millions USD. Je ne sais pas si aujourd’hui c’est combien. 350 millions USD. L’argent de contribuable congolais pour voir naître les industries ici », renchérit-il.

Ce que disait déjà le rapport de cette commission parlementaire

De première vue, il y a lieu de reconnaitre que le rapport de la commission parlementaire n’avait pas remis en cause la gestion du comité Mbengele. Se référant aux termes de l’interpellation du député national Likinda, la commission avait fait état des problèmes structurels auxquels était contronté, à l’instar d’autres entreprises du portefeuille, le FPI.

Ce rapport n’avait déjà pas condamné l’ancien ADG Mbengele. Bien au contraire, il avait rendu compte de gros efforts qui, malgré une trésorerie restreinte, ont été fournis par l’équipe dirigeante du FPI pour résister.

Stéphie MUKINZI

notre sélection