PUBLICITÉ

État de siège : L’Ouganda décide de partager avec la RDC des renseignements sur les rebelles islamistes ADF

Le Gouvernement ougandais a levé l’option de partager avec la République Démocratique du Congo (RDC) des renseignements sur les terroristes ADF. L’Ouganda a déclaré le lundi 17 mai 2021 qu’il avait convenu avec la RDC voisine de partager des renseignements et de coordonner une nouvelle impulsion de Kinshasa pour combattre les rebelles islamistes accusés d’aggravation de la violence dans l’est du Congo.

Cette grande annonce intervient au moment où l’Ouganda se prête à effectuer un déploiement majeur de ses troupes sur le sol congolais, en mettant en place un centre d’opérations dans l’Est de la RDC pour combattre les rebelles de Forces démocratiques alliées (ADF).

- Publicité-

« Certainement, il y aura coordination, partage de renseignements, partage d’informations et toutes sortes d’activités de nature sécuritaire », a déclaré à Reuters le brigadier Flavia Byekwaso, porte-parole des Forces de défense du peuple ougandais (UPDF).

Le commandant de la brigade de montagne de l’UPDF, le major général Kayanja Muhanga, avait rencontré ces derniers jours des responsables de la sécurité dans la ville de Beni, dans l’Est du Congo, pour discuter de la coordination des opérations anti-ADF, a déclaré Byekwaso.

Cependant, l’Ouganda n’avait pas l’intention de déployer des forces au Congo, a déclaré Byekwaso.

La violence dans l’Est du Congo, qui, selon les Nations Unies, a causé la mort de 850 personnes l’année dernière, a poussé les deux pays à améliorer leurs relations historiquement tendues.

Le président rwandais, Paul Kagame, à la suite d’une réunion lundi à Paris avec le Président Congolais, Félix Tshisekedi, a également affirmé sa collaboration avec le Congo dans la lutte contre les rebelles.

« Nous serons également aux côtés de la RDC pour toutes les initiatives mises en place pour renforcer la sécurité dans l’est de son territoire, qui borde notre pays », a déclaré Kagame dans un communiqué publié lundi par la présidence congolaise.

Le Rwanda s’intéresse à un autre groupe rebelle, les Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR), une milice hutus fondée par d’anciens officiers et miliciens qui ont fui au Congo après avoir participé au génocide rwandais de 1994.

En mars, les États-Unis ont qualifié les ADF d’organisation terroriste étrangère en raison de liens présumés avec le groupe État Islamique (EI), bien que les Nations Unies aient minimisé la force et la nature de l’influence de l’EI au Congo.

Le 3 mai, Kinshasa a introduit la loi martiale dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri, dans l’est du Congo, dans l’espoir d’enrayer l’aggravation de l’effusion de sang.

Stéphie MUKINZI

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

spot_img

EN CONTINU