« Bendele ekweya té », une campagne de soutien aux FARDC et PNC lancée par le Gouvernement

- Publicité-

« Bendele ekweya té » ou « Que le drapeau ne soit pas en berne », est une campagne lancée par le Gouvernement pour soutenir les Forces armées de la RDC et la Police nationale congolaise (PNC), engagées au front dans la partie Est du pays.

Lancée officiellement le samedi 15 mai par le Premier Ministre, Jean-Michel Sama Lukonde aux côtés de quelques ministres, officiers de l’armée et de la police, cette campagne tient à inviter l’ensemble des Congolais à s’unir autour de l’instauration de l’état de siège dans les provinces de l’Ituri et du Nord Kivu pour que cessent des massacres, viols, déplacement des populations, et autres violations des droits humains par les forces négatives.

« Lorsque nous chantons notre hymne national, nous prenons l’engagement de bâtir un pays plus beau et plus grand dans la paix. Cela signifie que nous avons ce devoir de maintenir la paix ici en République Démocratique du Congo si nous voulons le développement de celui-ci », a indiqué Sama Lukonde.

Le Premier ministre a tenu à rappeler à ceux qui sont enrôlés dans les forces négatives à revenir à la raison : « nous voulons ici lancer un appel patriotique à toutes les Congolaises et à tous les Congolais de se joindre à cette action déjà décrétée par le Chef de l’Etat et de combattre le mal où qu’il soit ici en RDC. Nous demandons aussi à nos frères et sœurs, surtout la jeunesse, qui se sont laissés séduire par ces messages séparatistes, de haine, leur demandant de prendre les armes ici en RDC, qui ont abouti finalement à des viols, des violences, des tueries qui empêchent à nos enfants de pouvoir se rendre à l’école pour étudier et se former. »

Dans la foulée, Sama Lukonde a rassuré que la RDC sera prête à accueillir ceux des forces négatives qui vont déposer les armes.

« L’action qui est menée est une action de pacification et nous voulons voir aussi ceux qui sont dans ces forces négatives revenir déposer les armes et nous serons prêts à les accueillir tant qu’ils sont nos frères congolais et nous serons prêts à les réinsérer dans la vie normale pour contribuer finalement au développement de ce pays qui nous est cher, la République Démocratique du Congo », a insisté le Chef du gouvernement.

Toutefois, estime-t-il, la contribution de tout un chacun n’est pas seulement matérielle, elle est également spirituelle.

Dominique Malala

notre sélection