mercredi, juin 16, 2021
DRC
36,222
Personnes infectées
Updated on 16 June 2021 à 19:42 19 h 42 min
DRC
7,485
Personnes en soins
Updated on 16 June 2021 à 19:42 19 h 42 min
DRC
27,880
Personnes guéries
Updated on 16 June 2021 à 19:42 19 h 42 min
DRC
857
Personnes mortes
Updated on 16 June 2021 à 19:42 19 h 42 min

Des agents de la riposte contre Ebola ont commis des abus sexuels sur des congolaises (Enquête)

- Publicité-

Malgré son déni public, une enquête explosive dévoile que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) était non seulement bel et bien au courant des allégations d’abus sexuels perpétrés en République démocratique du Congo (RDC) par certains de ses agents pendant la riposte de l’épidémie à virus Ebola en 2019 mais également s’est vue demander comment y faire face. Des documents confidentiels en possession d’Associated Press (AP), révèlent que l’OMS a été confrontée à des allégations publiques généralisées de maltraitance systémique de femmes par des membres du personnel non identifiés. En échange des avantages, quelques agents de l’OMS ont exploité sexuellement des femmes congolaises, dit cette enquête.
 
L’AP a également retrouvé pour la première fois les noms de deux médecins accusés d’inconduite sexuelle, Diallo et le Dr Jean-Paul Ngandu, tous deux signalés à l’OMS. Ngandu a été accusé par une jeune femme de l’avoir fécondée. Dans un contrat notarié obtenu par l’AP, deux membres du personnel de l’OMS, dont un directeur, ont signé comme témoins un accord pour que Ngandu paie la jeune femme, couvre ses frais de santé et achète son terrain. L’accord a été conclu « pour protéger l’intégrité et la réputation » de l’OMS, a déclaré Ngandu.
 
Lorsqu’ils ont été contactés par l’AP, Diallo et Ngandu ont nié les actes répréhensibles. L’enquête était basée sur des entretiens avec des dizaines de membres du personnel de l’OMS, des responsables d’Ebola au Congo, des courriels privés, des documents juridiques et des enregistrements de réunions internes obtenus par l’AP.
 
Un cadre supérieur, le Dr Michel Yao, a reçu des plaintes par courrier électronique concernant les deux hommes. Yao n’a pas renvoyé Ngandu malgré l’inconduite signalée. Yao n’avait pas le pouvoir de mettre fin à Diallo, un Canadien, qui avait un autre type de contrat, mais ni lui ni aucun autre gestionnaire de l’OMS n’a mis Diallo en congé administratif.
 
L’AP n’a pas été en mesure de déterminer si Yao avait transmis la plainte à ses supérieurs ou aux enquêteurs internes de l’agence, comme l’exige le protocole de l’OMS. Yao a depuis été promu directeur du Département des opérations stratégiques de santé à Genève.

Huit (8) hauts responsables ont reconnu en privé que l’OMS n’avait pas réussi à lutter efficacement contre l’exploitation sexuelle pendant l’épidémie d’Ebola et que le problème était systémique, selon les enregistrements des réunions internes. Les révélations arrivent à un moment où l’agence de santé des Nations Unies met fin à sa réponse à deux récentes épidémies d’Ebola au Congo et en Guinée, et est déjà sous pression pour sa gestion de la réponse mondiale à la pandémie de COVID-19.

Ces allégations ont été portées, apprend l’AP, par un membre du personnel de l’OMS et trois experts d’Ebola travaillant au Congo pendant l’épidémie qui ont séparément informé la direction des préoccupations générales en matière d’abus sexuels autour de Diallo, a appris l’Associated Press. Ils ont dit qu’on leur avait dit de ne pas aller plus loin.

Diaolo, le « proche » de Tedros


 
En 2018 et 2019, trois experts d’Ebola, dont deux qui travaillaient pour l’OMS à l’époque, ont déclaré à l’AP qu’ils avaient soulevé des préoccupations concernant les abus sexuels en général, et Diallo en particulier, auprès des cadres supérieurs. Mais ils ont dit qu’on leur avait dit que le contrôle de l’épidémie d’Ebola était plus important, et deux ont déclaré que Diallo était considéré comme « intouchable » en raison de sa relation avec Tedros.
 
Des plaintes concernant Diallo ont également été soulevées auprès du responsable des opérations d’urgence, Yao, qui était chargé de diriger la réponse globale de l’OMS à Ebola au Congo, avec des centaines d’employés, sous la supervision de Ryan. Le 22 février 2019, Yao a reçu un e-mail du chef de l’équipe de lutte contre l’épidémie de l’OMS au Nord-Kivu avec pour objet « Privé. Discuter.”
 
Deux responsables de l’OMS connaissant la situation ont déclaré que l’agence avait enquêté sur les plaintes selon lesquelles Diallo avait agi de manière non professionnelle, y compris une agression sexuelle présumée, et qu’il n’y avait pas suffisamment de preuves pour corroborer les accusations. Mais les enquêteurs n’ont interrogé aucune des femmes impliquées ni des dénonciateurs qui ont signalé les allégations de harcèlement, selon un haut responsable de l’OMS qui ne voulait pas être identifié par peur de perdre son emploi. Diallo a continué à travailler pour l’OMS des mois après que des inquiétudes ont été soulevées à son sujet.
 
Diallo a été décrit comme un dirigeant charismatique et sortant, ayant des liens avec certains des hauts dirigeants de l’OMS, dont Tedros. Dans un discours prononcé en janvier 2019, Tedros a distingué Diallo parmi les intervenants contre Ebola travaillant sous des tirs nourris à Beni. Sur le site Web de l’OMS, Diallo, Tedros et Yao sont photographiés en souriant et se cognant les coudes lors du voyage de Tedros au Congo en juin 2019. Sur la page Facebook de Diallo, il apparaît dans plus d’une dizaine de photos avec Tedros.
 
Diallo a catégoriquement nié les allégations : « je n’ai jamais proposé de travail à une femme en échange de relations sexuelles et je n’ai jamais harcelé sexuellement une femme de ma vie », a-t-il déclaré à l’AP dans un e-mail. Il a déclaré qu’il n’avait jamais été informé d’aucune plainte concernant son comportement à l’OMS ou sanctionné pour faute, et que sa relation avec Tedros était « purement professionnelle ».
 

Jean-Paul Ngandu, le deuxième accusé

 
Le même directeur, Yao, a également été informé de l’inconduite sexuelle présumée de l’autre médecin, Ngandu, dans un e-mail obtenu par l’AP daté du 23 avril 2019, avec pour objet « Besoin urgent de vos conseils ». Le responsable des épidémies, Mory Keita, a écrit en français : «Je vous informe par la présente que nous avons un collègue qui a fécondé une fille de Beni ». 

Deux contrats manuscrits signés par la jeune femme et Ngandu ont confirmé qu’il avait payé 2800 dollars pour un terrain avec une maison dans un quartier de Beni et lui avait transféré les droits de propriété en août 2019.
 
« C’était une affaire privée et n’impliquait pas l’OMS », a déclaré Ngandu à l’AP. Ngandu a déclaré qu’il n’était pas le père du bébé et qu’il avait accepté le règlement après que des collègues de l’OMS, dont Keita, « m’aient conseillé de régler à l’amiable pour éviter de souiller la réputation de l’organisation et de moi-même ».
 
Ngandu, qui est originaire du Congo, a déclaré qu’il n’avait pas été sanctionné par l’OMS et a continué à travailler jusqu’à la fin de son contrat en juin 2019. Ngandu est maintenant basé en Namibie et a déclaré qu’il était en pourparlers avec l’OMS pour un futur emploi potentiel. La jeune femme a refusé de parler à l’AP.
 

En attente des résultats d’une enquête indépendante

 
L’AP indique que l’OMS a refusé de commenter des allégations d’abus sexuels spécifiques, et aucun des 12 responsables de l’OMS contactés n’a répondu aux demandes répétées de commentaires. La porte-parole Marcia Poole a noté que Tedros avait annoncé une enquête indépendante sur les abus sexuels au Congo après la publication de reportages dans les médias en octobre. Les résultats sont attendus au plus tôt en août, ont indiqué les enquêteurs.

« Une fois que nous les aurons, nous les examinerons attentivement et prendrons les mesures supplémentaires appropriées », a déclaré Poole. « Nous sommes conscients que davantage de travail est nécessaire pour réaliser notre vision d’opérations d’urgence qui servent les personnes vulnérables tout en les protégeant de toutes les formes d’abus ».
 
Le code de conduite de l’OMS pour les membres du personnel stipule qu’ils ne doivent « jamais se livrer à des actes d’exploitation sexuelle » et « éviter toute action qui pourrait être perçue comme un abus de privilèges », reflétant la dynamique de pouvoir inégale entre les médecins en visite et les femmes économiquement vulnérables. Mais un audit interne de l’OMS l’année dernière a révélé que certains travailleurs humanitaires n’étaient pas tenus de suivre la formation de l’agence sur la prévention des abus sexuels avant de commencer à travailler pendant Ebola. 

« Nous soupçonnions tous depuis que la riposte à Ebola (se déroulait) qu’une telle chose serait possible », a déclaré Andreas Mlitzke, directeur du bureau de la conformité, de la gestion des risques et de l’éthique de l’OMS, lors d’une réunion interne en Novembre. Mlitzke a comparé les responsables de l’OMS au Congo à « une force d’invasion » et a déclaré : « des choses comme celle-ci se sont historiquement produites en temps de guerre ».

- Advertisement -

Les courriels internes de novembre 2019 montrent que les directeurs de l’OMS étaient suffisamment alarmés par les plaintes pour abus qu’ils ont rédigé une stratégie pour prévenir l’exploitation sexuelle et ont nommé deux « points focaux » pour assurer la liaison avec leurs collègues au Congo et ailleurs. Les administrateurs ont également ordonné des enquêtes confidentielles sur les problèmes d’abus sexuels de manière plus générale et une formation de l’ONU sur la manière de prévenir le harcèlement sexuel, ainsi que l’enquête indépendante annoncée l’année dernière.
 

Ebola business

 
A côté de ce fléau, il y a aussi ce que d’aucuns ont qualifié « d’Ebola Business ». Un autre phénomène qui empoisonne la réputation des humanitaires : la gestion opaque des fonds liés à la lutte contre l’épidémie la maladie à virus Ebola. Des listes de paie ont été gonflées. En 2020, le Gouvernement a déboursé 1 000 000 $ pour payer les arriérés des primes des prestataires commis à la riposte contre EBOLA dans la province de l’Équateur.
 
Les inspecteurs du ministère de la santé ont identifié, la même année, 3 médecins chefs des zones de santé, 3 administrateurs gestionnaires et 1 infirmier titulaire qui ont été à la base de la manipulation des listes. 
 
Dans une déclaration conjointe le 15 septembre 2020, les chefs de mission des États-Unis, du Canada et du Royaume Uni et du directeur de l’Institut National de Recherche Biomédicale (INRB) avaient insisté sur la lutte contre la corruption dans la riposte contre Ebola dans la province de l’Equateur, au Nord de la RDC.
 
« Comme l’a démontré la pandémie de COVID-19, dans les sociétés du monde entier les agents de santé de première ligne sacrifient énormément pour relever les immenses défis. Ils le font parce qu’ils sont déterminés à aider leurs communautés. Ces héros nationaux méritent de recevoir un salaire régulier à travers des processus de rémunération transparents, durables et fiables », disaient-ils. 
 
 
 
Stéphie MUKINZI

notre sélection