PUBLICITÉ

Destitution de Zoé Kabila : Jaynet Kabila dénonce la démarche et invite Tshisekedi à « faire ce qui est juste »

Zoé Kabila, frère cadet de Joseph Kabila est déchu de son poste de Gouverneur de la province de Tankanyaki le jeudi 06 mai, à l’issue d’une plénière à laquelle il n’a pas participé étant « interdit » de quitter Kinshasa depuis plus d’un mois. Cette destitution est contestée par plusieurs acteurs politiques notamment la sœur ainée de Zoé Kabila, la députée nationale Jaynet Kabila qui est également la jumelle du Président honoraire Joseph Kabila.

D’après un audio partagé par le député national Josué Mufula et attribué à Jaynet Kabila, l’élue de Kalemi déplore la démarche ayant conduit à la destitution de l’exécutif provincial du Tanganyika que dirigeait Zoé Kabila : « je ne crois pas que ce sont des choses qui peuvent vraiment égayer qui que ce soit aussi longtemps que la loi n’est pas observée et suivie. Vous savez, il y a la loi qui montre quelles voies suivre pour destituer un gouverneur inscrit dans les règlements intérieurs de l’Assemblée provinciale et dans notre constitution », a-t-elle déclaré en swahili dans cet audio de 6 minutes parvenu ce vendredi 7 mai à POLITICO.CD.

- Publicité-

Et de poursuivre : « je pense que vous savez que cette loi n’est pas respectée. D’abord, le gouverneur lui-même n’est pas là, il est à Kinshasa où il a été retenu depuis un long moment, je pense un mois et demi. Il est parti et c’est vrai qu’il s’est entretenu avec le VPM de l’intérieur de l’ancien gouvernement et quand il voulait rentrer, on lui a dit d’attendre et que le président de la République voulait discuter avec lui au sujet de la province de Tanganyika. Et depuis ce jour, je crois ça fait un mois et demi qu’il est là-bas. Donc toutes ces choses se sont déroulées et il n’avait même pas l’occasion de venir, conformément aux lois de la République, s’expliquer ou présenter ses moyens de défense au sujet des griefs dont on lui reprochait. Ces choses ne peuvent guère réjouir toute personne qui aime la justice, le droit et la démocratie ».

Tshisekedi appelé à intervenir

Jaynet Kabila appelle le président de la République Félix Tshisekedi, garant du bon fonctionnement des institutions de se pencher personnellement à cette situation afin que Zoé Kabila soit rétabli de ses fonctions et appliquer les prescrits de la constitution. Elle l’appelle à faire « ce qui est juste ».

« Je crois le président de la République, qui est le garant du bon fonctionnement des institutions, il a la responsabilité et je crois qu’il connait très bien ces choses car ce sont des choses qui se font au vu et au su de tous. Il connaît ces choses, et comme il est le garant de bon fonctionnement des institutions, ce n’est pas seulement des institutions au niveau national mais aussi au niveau provincial et partout ailleurs, je pense qu’il doit prendre ses responsabilités en main, qu’il fasse ce qui est juste, ce qui montrera que la loi est respectée parce que nous avons notre constitution, nous savons ce qu’elle dit, il y a les lois du pays et nous savons ce qu’elles disent aussi. Et notre justice qui semble fonctionner à double vitesse, ça aussi, Il doit suivre », a-t-elle ajouté.

En outre, elle invite la population de la province de Tanganyika à s’occuper des problèmes importants de la province à la place de se disputer pour les postes politiques. La motion a été déposée mardi 4 mai et débattue le jeudi 6 mai. Après le vote, 13 députés ont voté pour la destitution de Zoé l’accusant de la mauvaise gestion, de détournement de fonds et le manque de leadership.

Carmel NDEO

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

1 COMMENTAIRE

  1. Tout ceci, c’est bon. Mais, comme politicien, il doit savoir que, dès lors que la majorité a changé de camp au pays, il ne fallait pas aller en contre-courant et qu’à un certain moment, il fallait s’assumer.

Comments are closed.

spot_img

EN CONTINU