samedi, septembre 25, 2021
DRC
56,617
Personnes infectées
Updated on 25 September 2021 à 8:17 8 h 17 min
DRC
24,676
Personnes en soins
Updated on 25 September 2021 à 8:17 8 h 17 min
DRC
30,858
Personnes guéries
Updated on 25 September 2021 à 8:17 8 h 17 min
DRC
1,083
Personnes mortes
Updated on 25 September 2021 à 8:17 8 h 17 min

Beni : Au moins 68 élèves en sit-in à la mairie interpellés par la Police

- Publicité-

Les enfants exigent. Tshisekedi rassure. La Police s’interpose et s’attire la foudre d’un défenseur des Droits Humains. Au moins 68 élèves en sit-in devant la mairie de Beni, qui exigent l’arrivée du Président de la République, ont été arrêtés par la police ce jeudi 29 avril 2021. Selon les informations livrées par le Président de ces élèves à Politico.cd, la plupart d’entre eux sont des enfants qui venaient de la commune rurale d’Oicha, chef-lieu du territoire de Beni, avec pour objectif de rejoindre d’autres élèves qui passent la nuit à la belle étoile depuis maintenant sept jours. Ils venaient donc en renfort, accroitre la pression sur le Président de la République. Tous ces élèves manifestent pour exiger le rétablissement de la paix dans la région.

L’arrestation de ces bleu-blancs est condamné par Maître Élie Vahumawa, défenseur judiciaire, qui considère cet acte comme une “violation flagrante de la loi.” Ce défenseur des droits humains dit ne pas comprendre que la police arrête des élèves en uniforme pour les mettre en détention sans aucune raison valable. “Je suis au tribunal. Nous voyons des enfants emmenés dans des Jeeps de la police. Des mineurs, en uniforme, mis en prison. Je me suis posé une seule question en tant que défenseur judiciaire : est-ce normal que des enfants en uniforme soient mis en prison sans aucune raison, sans aucune pièce qui les accompagne? Donc, je viens de vivre une violation flagrante des droits humains”, a dénoncé Maitre Élie Vahumawa. Il appelle le Gouvernement à s’attaquer aux causes plutôt qu’aux conséquences. Pour lui, s’il y avait la paix et la sécurité à Beni, ces élèves ne seraient pas dans la rue en train de manifester.

72 heures, c’était l’ultimatum que les élèves avaient lancé au Président de la République Félix Tshisekedi le 19 avril, pour qu’il se rende à Beni réaliser sa promesse, celle de s’installer dans cette partie Est du pays et de pacifier cette région en proie aux massacres depuis des décennies. Ces élèves de Beni ont continué à passer nuit à la belle étoile dans la cour de la Mairie jusqu’à l’expiration de l’ultimatum lancé et même au-delà. Ils ont fait fi de l’alerte de l’armée sur une probable incursion des miliciens. Ils ont en outre boycoté en même temps la reprise des activités scolaires annoncées par les autorités provinciales le lundi 26 avril.

Ces élèves, quoique visiblement sûrs d’eux, ont malheureusement été surpris. Alors qu’il était attendu à Beni, le Président Félix Tshisekedi, en sa qualité de Président de l’Union Africaine, s’est plutôt envolé pour Paris en France le dimanche 25 avril, en vue de participer aux préparatifs du sommet France-Afrique qui se tiendra en mai prochain. Après Paris, c’était une nouvelle surprise désagréable. Les élèves ont désespérément attendu Fatshi à Beni mais, au terme de sa mission dans la capitale française, Félix Tshisekedi a plutôt regagné Kinshasa le mercredi 28 avril aux petites heures du matin. Même pas une escale de quelques heures à Beni.

À Kinshasa, le Président de la République, Félix Tshisekedi a reçu Charles Michel, Président du Conseil Européen, ce jeudi 29 avril. Au sortir de l’audience, il laisse entendre devant la presse qu’il n’a pas oublié les élèves de Beni qui ont exigé sa présence dans leur ville. Félix Tshisekedi exhorte plutôt ces élèves à ne pas s’exposer aux intempéries. En même temps, il réitère sa promesse de se rendre à Beni pour y rétablir la paix. « Nous prenons un train de mesures. Je leur demande de ne pas s’exposer aux intempéries. Je leur promets que je serai bientôt avec eux. Ce que j’ai dit, je le ferai », a rassuré le Président Tshisekedi. “Ne vous exposez pas aux intempéries.” C’était ça le message de Tshisekedi. Visiblement, le message n’est pas capté. Ou, a été capté autrement car, au grand dam de tous, un grand nombre d’enfants a rejoint, ce même jeudi 29 avril, ceux qui manifestent à la mairie. Ils sont venus en renfort aux protestataires.

Merveilles Kiro

- Advertisement -
- Advertisement -

notre sélection