RDC : la Cheffe de la MONUSCO, Bintou Keïta, salue l’investiture du Gouvernement Sama

- Publicité-

Depuis l’investiture du tout premier Gouvernement de l’Union sacrée de la nation, plusieurs voix se sont levées pour féliciter cette nouvelle équipe qui, on le sait, a pour mission de relever les défis d’assurer le social de la population et la sécurité à l’Est du pays.

Parmi ces voix s’ajoute celle de Bintou Keïta, Cheffe de la MONUSCO. Cette dernière salue l’investiture de ce Gouvernement et réitère la volonté des Nations unies de soutenir les efforts de la RDC pour restaurer la stabilité du pays.

« Je salue l’investiture du nouveau Gouvernement de la RDCongo. La Monusco et le système des Nations Unies sont prêts à soutenir ses efforts pour restaurer la stabilité, engager les réformes et promouvoir le développement », a-t-elle publié sur le compte Twitter de la MONUSCO.

Signalons que cette réaction de la MONUSCO à l’égard du nouveau Gouvernement congolais, intervient dans une période de turbulence entre cette institution des nations unies et la population congolaise habitant l’Est de la RDC en particulier.

Sur ce, plusieurs manifestations ont été organisées ces derniers jours à travers le pays par la population et la société civile, question pour elles d’exiger le départ de la MONUSCO. Cette organisation est jugée inefficace lorsqu’il s’agit d’assurer la stabilité en République Démocratique du Congo, telle que définie dans sa mission au pays. Le cas le plus récent est celui de la marche organisée le jeudi 15 avril dans la province du Nord-Kivu. Bilan de cette manifestation Anti-Monusco : une personne a été tuée et plusieurs arrestations ont été enregistrées du côté des manifestants. Ces mouvements de protestation avaient débuté depuis le 5 avril de l’année en cours.

Face à la recrudescence de ces manifestations, la Cheffe de la MONUSCO Bintou Keïta avait estimé, pour sa part, que « chaque Congolais est libre de critiquer la Monusco, d’estimer que cette dernière ne remplit pas son rôle, et de demander au Gouvernement notre départ». Pour elle, ce sont « les groupes armés eux-mêmes et leurs complices qui profitent de la confusion et souhaitent qu’elle soit entretenue pour continuer les trafics, les pillages et l’exploitation illégale des ressources » du pays.

Bernard MPOYI

notre sélection