PUBLICITÉ

CENI: Les élus vont examiner mardi la proposition de loi LUTUNDULA

À l’approche de la désignation des nouveaux animateurs de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), les députés nationaux vont enfin démarrer l’examen de la proposition de loi organique qui vise non seulement la modification de la loi portant organisation et fonctionnement de la centrale électorale, mais aussi la réforme du système électoral de la RDC. Cette proposition a été déposée depuis le 8 août 2019 par le Député national, Christophe Lutundula.

Cet élu de Katakokombe avait motivé sa démarche par le fait que les trois cycles électoraux précédents ont connu des violences avec mort d’hommes ainsi que d’innombrables contentieux devant les tribunaux. Outre ces violences, Christophe Lutundula avait relevé certains scandales financiers dans lesquels la CENI a été citée et qui suscitent des suspicions quant à la gestion de ses finances.

- Publicité-

Parmi ses réformes, Lutundula propose un effectif de 12 membres qui doivent composer la Commission électorale nationale indépendante au lieu de 7. Ces membres seront désignés de manière équitable par les forces politiques représentées à l’Assemblée Nationale, notamment la Majorité et l’opposition et en dehors de l’hémicycle par la Société civile, à raison de 4 délégués par composante. Toujours selon sa proposition, nul ne peut être désigné membre de la CENI s’il a appartenu à une organisation politique au cours des cinq dernières années précédant sa désignation.

Le processus de désignation des animateurs de la CENI étant déjà amorcée, les leaders religieux ont, à l’issue d’un échange avec le Président de l’Assemblée nationale Christophe Mboso en date du 20 mars dernier, recommandé à l’Assemblée nationale de réactiver le traitement en urgence de la proposition de la loi Lutundula sur l’organisation de la CENI. « Il y a quelque chose d’important qui doit être fait dans la logique de l’engagement déjà pris par le Parlement pour finaliser ce travail, à savoir l’examen en urgence de la proposition de loi Lutundula sur l’organisation de la CENI », avait fait savoir devant la presse, l’Abbé Donatien Nshole de la Conférence Épiscopale Nationale du Congo (CENCO).

La CENI est actuellement composée de 13 membres désignés par les forces politiques de l’Assemblée Nationale, à raison de 6 délégués dont 2 femmes par la Majorité et de 4 dont une femme par l’Opposition politique. La Société Civile y est représentée par 3 délégués issus respectivement de confessions religieuses, des organisations féminines de défense des droits de la femme et des organisations d’éducation civique et électorale. Il est pour coutume, depuis 2006, que le Président de la CENI soit désigné par les confession religieuses. Mais les dernières tentatives ont divisé les églises. Les catholiques, les protestants ou encore les Kimbanguistes ont dénoncé le choix des autres confessions sur la personne de Ronsard Malonda, laquelle avait provoqué des vives protestations tant de l’opposition que celles du Président Tshisekedi lui-même.

Les confessions religieuses sont composées de la Communauté islamique, de l’Église Kimbanguiste, de l’Union des Églises Indépendantes du Congo, de l’Église de Réveil du Congo, de l’Église Orthodoxe, de l’Armée du Salut, de l’Eglise Protestante et de l’Église catholique.

Carmel NDEO

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

spot_img

EN CONTINU