PUBLICITÉ

« Nous exigeons l’annulation du processus juridique qui a conduit au jugement frauduleux de deux lanceurs d’alerte » (Win et Unis)

Dans une lettre ouverte datée du jeudi 25 mars dernier, Whistleblowing International Network (WIN) et le Mouvement blanc Unis demandent au Président congolais Félix Tshisekedi d’annuler la condamnation à mort de deux lanceurs d’alerte à savoir Navy Malela et Gradi Koko.

Ces deux organisations qualifient d’odieux et de scandaleux le jugement rendu par le Tribunal de la Gombe à l’encontre de deux anciens auditeurs de Afriland First Bank.

- Publicité-

C’est dans cette optique que Win et le mouvement blanc Unis exigent au Chef de l’État de prendre des mesures pour féliciter les deux lanceurs d’alerte pour leurs actions et en même temps les protéger ainsi que leurs familles contre toute nouvelle mesure de représailles.

À en croire, les deux organisations, Navy Malela et Gradi Koko ont fait preuve de courage pour dénoncer la corruption.

Une autre exigence est relative à la mise en place d’un cadre juridique et institutionnel nécessaire pour protéger les lanceurs d’alerte congolais et les citoyens congolais qui défendent ce qui est juste dans l’intérêt public dans leurs pays, de leurs communautés et de leurs lieux de travail.

Anna Loyers, Directrice exécutive de Win a déclaré à ce sujet : « les tactiques utilisées pour faire taire ceux qui tiennent responsables les plus puissants en RDC rappellent de nombreux autres cas de lanceurs d’alerte dans le monde, mais dans ce cas, les méthodes sont féroces et honteuses ».

Les deux lanceurs d’alerte ont également reçus le soutien de Jean-Jacques Lumumba, lanceur d’alerte et ancien banquier, menacé et contraint à l’exil. Selon la même source, Guylain Luwere, autre lanceur d’alerte a subi également des mauvais traitements. De même pour Claude Mianzula qui a passé trois mois en prison pour avoir dénoncé le détournement des fonds dans une société minière.

Pour supprimer l’information et réduire au silence rapportent ces deux structures, une campagne de diffamation a été lancée sur les réseaux sociaux contre Global Witness et la Plateforme de Protection des Lanceurs d’Alerte en Afrique (PPLAAF) pour avoir soutenu les deux lanceurs d’alerte. Le même document renseigne que les plaintes pénales et les poursuites civiles pour diffamation contre Global Witness, la PPLAAF et des journalistes en France et en Israël ont été déposées ou utilisées.

Enfin, Win et le mouvement blanc Unis rappellent au Chef de l’État que la RDC a ratifié la Convention des Nations-Unies pour la corruption et la Convention de l’UA pour la corruption.

JM Mawete

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

spot_img

EN CONTINU