PUBLICITÉ

« Il n’y a plus de FCC-CACH, ni d’accord de Naïrobi », créant le Cap pour le Changement (Franck Diongo)

Le président du Mouvement Lumumbiste Progressiste (MLP) et soutien du président de la République, Franck Diongo a, au cours dune émission magazine « Face-à-Face » sur Top Congo, affirmé qu' »il n’y a plus de FCC-CACH. Il n’y a plus d’accord de Naïrobi, créant le Cap pour le changement (CACH) signé avec Vital Kamerhe ».

« C’est ce que j’ai compris, le message est celui-là. C’est ça la lecture attentive et approfondie » du (dernier) message du président de la République (prononcé le 23 octobre). Il a rompu toutes les alliances parce qu’il a dit qu’aucun engagement politique ne peut être au-dessus de son serment, de son pouvoir constitutionnel et de l’intérêt général du peuple congolais ».

Pour l’ancien député national et farouche opposant à Joseph Kabila, les consultations annoncées par le président de la République doivent « aboutir à un changement de la majorité parlementaire qui va faire tomber le bureau de l’Assemblée nationale, désigner un autre Premier ministre à travers l’informateur qui va identifier la (nouvelle) majorité parlementaire », a-t-il martelé.

Pas besoin de la démission du Premier ministre, estime-t-il.

Selon Franck Diongo, « on n’a pas besoin de la démission du Premier ministre (Ilunga Ilunkamba) pour nommer un informateur dès lors que la Coalition tombe ». 

En outre, le president de MLP soutient que « le président de la République peut également suspendre le Premier ministre, c’est une possibilité qui existe en droit administratif ».

Et de trancher : Ilunga Ilunkamba « doit tirer les conséquences de sa rébellion », entre autres, boycott de la cérémonie de prestation de serment des juges constitutionnels qu’il était censé organiser conformément aux instructions du Chef de l’Etat », a-t-il conclu.

Adrien AMBANENGO

- Publicité -

EN CONTINU