PUBLICITÉ

Lubumbashi : 16 assaillants neutralisés, 3 morts dont 2 policiers décapités dans l’incursion des Bakata Katanga

Lubumbashi a retrouvé son calme après une incursion des miliciens Bakata Katanga et du mouvement des indépendantistes révolutionnaires africain (MIRA),
également dans la ville de Likasi dans la province du Haut-Katanga (sud-est de RD Congo), vendredi 25 et samedi 26 septembre 2020 matin.

Munis d’armes automatiques, d’amulettes et machettes, ils ont réveillé la capitale du cuivre.

- Publicité-

Les forces conjointes de la police et des FARDC ont repoussé les éléments de cette milice pendant qu’ils tentaient de rejoindre la place de la poste au centre-ville de Lubumbashi pour y hisser leur drapeau.

Le maire de la ville, Ghislain Robert Buluma Lubaba, a fait la ronde de la ville avec quelques autorités de la police et de l’armée pour rassurer les habitants et les appeler à vaquer librement à leurs préoccupations.

Le ministre provincial de l’Intérieur du Haut-Katanga a annoncé que « 16 assaillants ont été neutralisés, plusieurs blessés, 13 capturés, 7 armes récupérés, plusieurs flèches et machettes, des effigies du général Kyungu Mutanda et un drapeau de Mira ».

Fulbert Kunda déplore, du côté des Forces loyalistes, « 3 morts, dont 2 policiers décapités et un élément FARDC tué par balles, 7 blessés dont deux jeeps atteintes par balles, une autre saccagée et 3 armes emportées ».

 » Pas de dégâts collatéraux auprès de la Police civile. Ceux qui sont en errance sont poursuivis », rassure-t-il dans une communication officielle.

Le ministre provincial de l’Intérieur estime que leur « objectif était de prendre et de contrôler le gouvernorat, la RTNC et la place mythique Moïse Tshombe ».

Accompagnés des femmes et des enfants, ces miliciens, environ 200, « ont été empêchés par les forces de l’ordre d’accéder au gouvernorat ».

Plusieurs témoins à Lubumbashi renseignent que le calme est revenu. Toutefois, les gens hésitent encore à sortir de leurs domiciles.

« Nous sommes encore cloîtrés dans nos maisons en attendant que le calme puisse vraiment revenir. Quelques tirs sporadiques ont retenti après midi. Mais, dans l’ensemble, ce n’est plus comme ce matin, » nous confie Christ Tshamala, résident à Kamalondo.

Des éléments de la police et des FARDC occupent encore les coins stratégiques de la ville de Lubumbashi pour prévenir toute nouvelle incursion.

Thierry Mfundu

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

spot_img

EN CONTINU