lundi, septembre 14, 2020
DRC
10,390
Personnes infectées
Updated on 14 September 2020 à 7:59 7 h 59 min
DRC
370
Personnes en soins
Updated on 14 September 2020 à 7:59 7 h 59 min
DRC
9,756
Personnes guéries
Updated on 14 September 2020 à 7:59 7 h 59 min
DRC
264
Personnes mortes
Updated on 14 September 2020 à 7:59 7 h 59 min

Néhémie Mwilanya: « la majorité de Joseph Kabila n’est pas factice”

La coalition de Joseph Kabila a montré ses muscles dans une mobilisation populaire ce jeudi 23 juillet dans la capitale congolaise pour s’opposer à ce qu’elle qualifie de « dictature », montrant son « soutien » à la démocratie, alors que son alliance avec Félix Tshisekedi tangue à la tête de la RDC.

- Publicité-

La rue n’appartient donc pas seulement à l’opposition congolaise, ni même au parti de Félix Tshisekedi, qui a marché le 9 juillet dernier, dans une manifestation sanglante, provoquant au moins 6 morts. Son allié au pouvoir, le Front Commun pour le Commun, a tenu à répondre ce jeudi, dans les rues de Kinshasa. Et le peu que l’on puisse dire, la coalition de Joseph Kabila a tenu son rang, allant jusqu’à réalisé une marche sans incident, remettant alors en cause celle de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), qui a abouti à des incendies des sièges de ses alliés et à des morts d’hommes.

Néhémie Mwilanya, coordonnateur du FCC, est l’homme le plus heureux du jour, à la base de cette sortie réussie. Au milieu de la foule à Kinshasa, l’élu de Fizi s’est félicité de la réussite de la marche organisée par sa famille politique. “Nous avons prouvé que nous avons la majorité dans les institutions et dans la rue”, affirme-t-il, marchant aux côtés d’autres leaders de la coalition. L’Etat-major de Kabila est là. Les leaders se tiennent la main, devant une colonne humaine, qui bloque toute la circulation du Boulevard Lumumba, escorté tranquillement par les forces de police.

La majorité de Joseph Kabila n’est pas factice. Contrairement à ceux qui soutiennent que le clan Kabila n’aurait qu’une majorité mécanique au parlement », se targue Mwilanya, qui prévient : « même si on refait les institutions, nous serons encore majoritaires« .

Toutefois, même en montrant ses biceps, le coordonnateur du FCC rassure qu’ils toujours pour le dialogue avec le CACH.  « Mais, nous avons décidé de marcher parce que nos frères ont boycotté 3 rencontres, alors que FCC était au lieu de rendez-vous, préférant nous conduire dans la rue. Nous y sommes« , dénonce M. Mwilanya.

Il rappelle que la plateforme de Joseph Kabila a la démocratie dans le sang. « Nous avons conduit le pays à l’alternance. Pas de dialogue pour refaire le gouvernement. Il faut respecter la Constitution » a-t-il conclu à la fin de la manifestation sur l’entrée du Boulevard Triomphal à Kinshasa, devant des milliers des partisans du FCC.

- Advertisement -
- Advertisement -

2 Commentaires

  1. Le FCC, une majorité Artificielle
    Le FCC a fabriqué sa majorité pour donner l’impression qu’il est viable lorsque le parti agonise. Les parties prenantes à cette marche sont venues de différentes parties du pays en contrepartie d’un paiement. Il sera très difficile pour le FCC de tricher dans les prochaines élections. Les Congolais exigent que les prochaines élections soient gérées par une institution internationale. A défaut, le pays sera envahi. Cette majorité est factice.

Comments are closed.

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...