lundi, septembre 14, 2020
DRC
10,390
Personnes infectées
Updated on 14 September 2020 à 7:59 7 h 59 min
DRC
370
Personnes en soins
Updated on 14 September 2020 à 7:59 7 h 59 min
DRC
9,756
Personnes guéries
Updated on 14 September 2020 à 7:59 7 h 59 min
DRC
264
Personnes mortes
Updated on 14 September 2020 à 7:59 7 h 59 min

RDC: Félix Tshisekedi exige la démission de Célestin Tunda

Le président Félix Tshisekedi refuse de "continuer à travailler" avec Célestin Tunda, le ministre congolais en charge de la Justice, rapportent des sources concordantes. A l'issue d'un tête-à-tête de deux heures avec son prédécesseur Joseph Kabila, le Chef de l'Etat, affirme ses proches, a également exigé sa démission.

- Publicité-

Alors que le gouvernement tient son Conseil des ministres hebdomadaire vendredi 03 juillet 2020, des sources à la présidence de République nous apprennent que le vice-Premier ministre en charge de la Justice, Célestin Tunda Ya Kasende, a été prié de se déconnecter. En effet, nos sources confirment que c’est le Chef de l’État, Félix Antoine Tshisekedi, lui-même qui lui a demandé de ne pas participer à cette réunion du Conseil des ministres.

Félix Tshisekedi a rencontré son allié Joseph Kabila hier. Les discussions en tête-à-tête et à huis clos n’ont pas filtré. Selon des ministres du gouvernement, le Chef de l’Etat a fait savoir durant le Conseil des ministres qu’il a exigé à Joseph Kabila la démission de Célestin Tunda. Il n’a pas ailleurs pas communiqué la réponse de ce dernier.

Le vice-Premier ministre congolais et ministre de la Justice, Célestin Tunda ya Kasende, a été arrêté le samedi 27 juin 2020 à Kinshasa. Il etait visé par une « procédure en flagrance » par le Procureur général près la Cour de Cassation. Célestin Tunda Kasande a été arrêté au bout de près de deux heures de discussions entre lui et des policiers dépêchés à son domicile, dans l’ouest de Kinshasa ce samedi.

Le ministre congolais de la Justice s’est longuement opposé à cette arrestation, rejetant le mandat d’amener qui lui a été présenté, affirmant qu’il jouit d’une immunité qui ne peut être levée que par l’Assemblée nationale. « Il a finalement été arrêté et placé en détention », confirme une source judiciaire.

Durant le Conseil des ministres du vendredi 26 juin 2020 à Kinshasa dirigée par le président Félix Tshisekedi, un sujet a opposé des ministres du gouvernement. Il s’agit des lois controversées des députés FCC Minaku et Sakata.

Selon nos informations, le vice-Premier ministre et ministre en charge de la Justice, Célestin Tunda ya Kasende, venait de lancer les débats autour de ces lois avant qu’un de ses collègues ne le conteste. La libération de Célestin Tunda, à l’issue de son arrestation et son audition à la Cour de cassation le samedi 26 juin, a été fortement négociée entre les deux coalitions au pouvoir. Selon des proches du président Félix Tshisekedi, Célestin Tunda n’a pu être relâché qu’en promettant de démissionner. « Il a fait savoir qu’il était malade et qu’il acceptait de démissionner, en contrepartie de toute procédure judiciaire. C’est donc dans ce seul cadre qu’il a été libéré », explique un proche du Chef de l’État congolais, qui a requis l’anonymat, à POLITICO.CD.

Au cours de la 37e réunion du Conseil des ministres, le gouvernement a laissé la procédure se poursuivre au niveau de l’Assemblée nationale.

Thierry Mfundu

- Advertisement -
- Advertisement -

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...