lundi, août 10, 2020
DRC
9,454
Personnes infectées
Updated on 10 August 2020 à 4:58 4 h 58 min
DRC
906
Personnes en soins
Updated on 10 August 2020 à 4:58 4 h 58 min
DRC
8,324
Personnes guéries
Updated on 10 August 2020 à 4:58 4 h 58 min
DRC
224
Personnes mortes
Updated on 10 August 2020 à 4:58 4 h 58 min
publicité

RDC: Bras de fer entre les coalitions de Tshisekedi et Kabila autour du cas Célestin Tunda

Arrêté puis libéré à l'issue d'une intense audition le week-end dernier, le ministre congolais de la Justice Célestin Tunda ya Kasende continue d'incarner des vives tensions entre les deux coalitions au pouvoir autour du président Félix Tshisekedi et de son prédécesseur Joseph Kabila.

La libération de Célestin Tunda, à l’issue de son arrestation et son audition à la Cour de cassation le samedi 26 juin, a été fortement négociée entre les deux coalitions au pouvoir. Selon des proches du président Félix Tshisekedi, ce dernier n’a pu être relâché qu’en promettant de démissionner. « Il a fait savoir qu’il était malade et qu’il acceptait de démissionner, en contrepartie de toute procédure judiciaire. C’est donc dans ce seul cadre, qu’il a été libéré« , explique un proche du Chef de l’Etat congolais, qui a requis l’anonymat, à POLITICO.CD.

« Pas du tout », rétorque Adam Chalwe, Secrétaire national du PPRD, parti de Joseph Kabila et membre de la coalition du FCC. « Tunda encerclé, assiégé, perquisitionné, interpellé, martyrisé mais, Tunda libéré ! Libéré parce qu’aucune faute n’a pu lui être imputée ! Libéré par la faiblesse des poursuites engagées. Libre, le VPM Tunda a laissé la justice faire son travail en toute indépendance ! » avait-il tweeté.

Mais à la Présidence congolaise, des sources confirment à POLITICO.CD que le Chef de l’Etat a bel et bien demandé la démission du Ministre de la Justice. « Il n’est plus possible que le Président de la République compose avec un ministre faussaire. Il doit rendre sa démission« , explique un Conseiller du président Félix Tshisekedi, qui a également requis l’anonymat.

Le PPRD de son côté n’envisage pas une démission de Célestin Tunda Ya Kasende. Cependant, selon plusieurs hauts cadres du parti, celle-ci entraînerait la démission de tout le gouvernement. En effet, le Premier Ministre Sylvestre Ilunkamba, issu du PPRD, avait menacé de démissionner si son ministre de la Justice, également cadre de son parti, était écroué le samedi. Dans un communiqué tendu, il a par ailleurs fustigé cette arrestation qu’il qualifie « d’arbitraire » et de « nature à précipiter la démission du gouvernement ». Et donc, dans l’entendement du PPRD, comme du FCC, toute démission de Célestin Tunda devrait entrainer celle du gouvernement.

Le PPRD prépare la démission du gouvernement

Selon nos informations, en cas de démission de Célestin Tunda, le Parti du peuple pour la Reconstruction et le Démocratie (PPRD) va opérer des changements à sa tête. Emmanuel Ramazani Shadary, actuel Secrétaire permanent du parti de Joseph Kabila, va laisser sa place à Aimé Ngoy Mukena, l’actuel ministre congolais de la défense. Selon plusieurs sources au sein de ce parti, l’ancien candidat du FCC à la Présidentielle va être nommé à son tour vice-président.

Aimé Ngoy Mukena est un philosophe et homme politique, membre clé du PPRD. Il est originaire de la région du Katanga, dans le sud-ouest de la RDC. Actuellement Ministre de la Défense nationale dans le gouvernement Ilunkamba, après avoir été Ministre des hydrocarbures dans le gouvernement Tshibala, il devra quitter le gouvernement s’il est nommé au PPRD. Car la loi congolaise interdit de combiner des responsabilités politiques tout en étant au gouvernement.

La coalition du Cap pour le Changement (CACH) est divisée autour de la démission du gouvernement. Une aille, proche du parti du président Félix Tshisekedi, soutient la chute de l’équipe Ilunkamba, alors qu’un autre, proche de Vital Kamerhe, ancien directeur de cabinet de Félix Tshisekedi aujourd’hui condamné pour détournement et corruption, préfère l’accalmie.

« Une crise n’est pas profitable au Chef de l’Etat. Que personne ne vous mente. Ceux qui soutiennent la chute du gouvernement ont d’autres agendas que celui de servir le pays« , estime un député élu de l’UDPS.

- Publicité -

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...