lundi, septembre 14, 2020
DRC
10,390
Personnes infectées
Updated on 14 September 2020 à 11:59 11 h 59 min
DRC
370
Personnes en soins
Updated on 14 September 2020 à 11:59 11 h 59 min
DRC
9,756
Personnes guéries
Updated on 14 September 2020 à 11:59 11 h 59 min
DRC
264
Personnes mortes
Updated on 14 September 2020 à 11:59 11 h 59 min

RDC: Quand le ministre FCC Clément Kwete tente de bloquer les ordonnances de Félix Tshisekedi

Les ordonnances du président Félix Tshisekedi, nommant des mandataires publics, ont visiblement du mal à passer auprès de ses alliés du Front Commun pour le Congo (FCC). Pour la deuxième fois, un ministre du Portefeuille, issu de la plateforme politique de Joseph Kabila, a tenté de bloquer les nominations présidentielles.

- Publicité-

Jamais un sens deux, dit-on. La maxime s’applique du côté de la coalition de Joseph Kabila, en mariage conflictuel avec celle de Félix Tshisekedi, le CACH. Alors ministre du Portefeuille, Wivine Mumba avait bloqué les ordonnances présidentielles nommant les mandataires au sein de la GÉCAMINES et du SNCC, le 20 mai 2019; aujourd’hui, c’est au tour de Clément Kwete de briller dans la même manœuvre.

En effet, nommés par ordonnances présidentielles le 10 juin 2020, les mandataires de quatre principales sociétés commerciales de l’État (SCPT, RVA, LMC et CADECO) n’ont été installés que sur «insistance» du Chef de l’État congolais en personne auprès du ministre du Portefeuille Clément Kwete. Jusque lundi 22 juin 2020 à midi, l’actuel ministre du Portefeuille, chargé de la notification des nominés et de la tenue des Assemblées générales ordinaires, n’avait entamé aucune procédure allant dans ce sens. Le ministre du Portefeuille s’est même vautré dans des excuses pour expliquer la non-notification aux mandataires. Tantôt, Clément Kwete évoque la crise sanitaire en cours et instruit les équipes intérimaires en place de continuer à fonctionner, tantôt il évoque des raisons aussi farfelues, comme le manque des moyens financiers, pour la remise-reprise.

Évoquant la pandémie de COVID-19, Clément Kwete exhorte les mandataires sortants à continuer à gérer comme si aucune ordonnance présidentielle n’a été signée, jusqu’à l’accomplissement des formalités réglementaires des ordonnances présidentielles. « En attendant l’accomplissement des formalités réglementaires desdites ordonnances présidentielles, notamment la notification des nominés et la tenue des Assemblées Générales Ordinaires en vue de leur nomination en qualité de membres de leurs Conseils d’administration respectifs […], procédures frappées à ce jour de force majeure que constitue l’état d’urgence sanitaire dicté par la pandémie de la maladie à Covid-19 et les restrictions des mouvements de personnes sur le territoire national qu’elles impliquent, je vous autorise à continuer de poser les actes de gestion courante de vos sociétés », écrit le ministre du Portefeuille aux mandataires sortants.

Cette initiative a fait sursauter la Présidence congolaise et le camp de Félix Tshisekedi, qui n’a pas hésité à accuser ouvertement Kwete « d’insubordination ». Selon nos informations, Félix Tshisekedi a dû appeler lui-même le ministre du Portefeuille et hausser le ton pour que la situation se décante.

Un proche du président Félix Tshisekedi, qui confirme cette information, fait savoir que, durant cet appel qui aurait eu lieu le lundi 22 juin 2020, le Chef de l’État congolais aurait donné 48 heures au ministre Clément Kwete pour voir les mandataires être notifiés. Plusieurs sources, parmi les proches de Félix Tshisekedi, ont rapporté à POLITICO.CD que le Chef de l’État devrait exiger « une punition, sinon un limogeage pour insubordination » du ministre Kwete.

Du côté du FCC, on relativise sur la situation. Certains hauts cadres ont démenti cette version des faits. Cependant, un député du FCC, joint par POLITICO.CD et très proche de Joseph Kabila, a confirmé « l’étonnement » de l’ancien président face à la situation. « Le président Kabila était en effet étonné d’apprendre cette situation étrange. D’autant plus que ces nominations font suite d’une entente entre nos deux dirigeants. Et qu’en plus, ces sont des ordonnances prises par le Chef de l’État en concertation avec son Premier ministre. Et donc un simple ministre n’a pas le droit de s’y opposer », dit-il.

Ce député, qui a requis l’anonymat, ajoute que, pour lui, y a une frange au sein du FCC qui serait à la base de ces manœuvres. « Vous savez, comme dans toutes les familles, il y a des gens qui ne se retrouvent pas quand il y a des changements de ce type. Et dès lors, toute occasion est utilisée pour créer du désordre. Mais, c’est un jeu dangereux qui risque de nous emporter tous », craint-il.

Clément Kwete n’a pas attendu la fin de la journée du lundi pour notifier finalement les nouveaux mandataires de leurs nominations. Mais, une chose est sûre : le ministre du Portefeuille est désormais sur un siège éjectable.

- Advertisement -
- Advertisement -

2 Commentaires

  1. Et pendant ce temps les prix augmentent sur les marchés et le chômage énorme se maintient. Il est temps de reconnaître que ce quinquennat de fausse coalition est improductif. Nous sommes plutôt dans une situation de cohabitation qui ne profite qu’à la classe politique.

  2. Nous devons tous comprendre que le régime a changé tout en rappelant à monsieur Félix kisekedi que le mariage FCC-CACH ne concerne que le deux partis et non la population congolaise.
    Au Gens du FCC de savoir que le peuple congolais n’oubliera jamais le malheur qu’il à traversé pendant 18ans du régime KABILA.RIEN NE SERA COMME AVANT, Le Congo appartient à tout les congolais et non a un groupe d’individus

Comments are closed.

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...