lundi, septembre 14, 2020
DRC
10,390
Personnes infectées
Updated on 14 September 2020 à 13:59 13 h 59 min
DRC
370
Personnes en soins
Updated on 14 September 2020 à 13:59 13 h 59 min
DRC
9,756
Personnes guéries
Updated on 14 September 2020 à 13:59 13 h 59 min
DRC
264
Personnes mortes
Updated on 14 September 2020 à 13:59 13 h 59 min

Vers un nouveau procès de Vital Kamerhe en RDC

Condamnés lourdement, Vital Kamerhe et ses co-accusés promettent de faire appel, dénonçant le jugement rendu ce samedi par le Tribunal de Grande instance de Kinshasa/Gombe, réuni en audience foraine dans la prison centrale de Makala.

- Publicité-

Nous allons droit vers un nouveau procès de Vital Kamerhe et ses deux co-accusés, dont le libanais Jammal Samih et le congolais Jeannot Muhima. Le directeur de cabinet du président Félix Tshisekedi a été condamné plusieurs fois pour détournement et corruption aggravée. Il écope, comme Jammal Samih, d’une peine de 20 ans de prison. Le président de l’UNC voit par ailleurs la Tribunal lui infliger 10 ans inéligibilité, et une large amande. De son côté, Jeannot Muhima écope de 2 ans de prison ferme.

Cependant, les avocats des prévenus ne l’entendent pas de cette oreille. A commencer par ceux de Vital Kamerhe. « Ils n’ont pas apporté de matérielles, ils ont basé la condamnation sur des témoignages qui ne disent rien, aussi nombreux qu’inutiles. Ils confisquent des biens qui appartiennent à autrui », a dénoncé Me Jean-Marie Kabengele à l’issue du verdict, promettant de faire appel. « Nous allons en appel. Ce juge n’a pas rendu la justice. Il a été condamné sur base des éléments non discutés aux audiences. Il n’a pas prouvé comment est-ce que Vital Kamerhe a détourné l’argent« , a-t-il dit sur TOP CONGO

Comme lui, les avocats de Jammal Samih ont également promis la même chose, contestant des « raccourcis » des juges ayant abouti à un jugement contestable.

- Advertisement -
- Advertisement -

11 Commentaires

  1. Si les juges ont été neutre, nous leur jetons des fleures. En juriste je soutien que VK exerce son droit au double degré de juridiction, son droit le plus légitime. Et la vie doit continuer.

  2. Maître Pierre Olivier-Sur,
    L’argument que tu as utilisé pour justifier la politisation de la condamnation de Vital Kamhere semble être faux et archi-faux. En effet, prétendre qu’il n’y a pas de crime sans cadavre n’est pas vrai. Un cadavre n’est toujours pas une entité physique comme tu le conçois, il peut aussi être une entité psychologique. En guise d’illustration, je te réfère en Amérique et en Australie où les aborigènes sont exclus injustement de tous les secteurs socio-économiques de la vie. Autrement dit, ces aborigènes existent mais ne vivent pas. Ils sont morts socialement. Dans ce contexte, les crimes sont bel et bien commis cependant l’existence des cadavres est totalement absente. Il faut donc une subtilité intellectuelle pour appréhender à sa juste portée la nature du concept cadavre. Appliquer dans le cas de l’espèce, la condamnation de Kamhere ne requière pas une preuve au-delà de tout doute raisonnable comme tu l’évoques. Le contentieux ‘’Kamhere’’ s’insurge plutôt dans le cadre d’une matière civile où le fardeau de la preuve qui est attendu de la partie poursuivante est celle qui relève de la prépondérance de probabilité.

  3. Quelle était les biens que détenait KaMerehe, Amida, suraya, et Massari, avant le décaissement de la somme destiné a la construction des maisons de 100100jours.

  4. C’est curieux de voir que tous ces biens sont acquis entre 2019 et 2020! Que Dieu aide le peuple congolais qui a longtemps souffert à cause des egoistes au pouvoir!

  5. Ces avocats défend un diable qui a détruit la vie d’un peuple car Kamerhe et Jamal Amida sont des criminels économique qui méritent une prison à vie que vive la justice de mon pays et fier d’être congolais

  6. Ce n’est pas a l’accuse de prouver son innocence. C’est au tribunal de prouver la culpabilite de l’accuse. A moins de dire que la justice du Congo est differente.

  7. Vous parlez de quels biens. Sa maison en France a été achetée par crédit bancaire, celle de sa femme depuis 2012. On ira à l’appel, et si vous ne connaissez pas en droit,c’est celui qui accuse qui démontre le bien fondé de son accusation et non le contraire.

  8. Qu’ils fassent appel, ce n’est pas mal, pourvu qu’ils aillent démontrer cette fois-ci que leurs clients sont réellement non coupables de ce dont ils sont condamnés.

  9. Je pense chers amis que nous devons être honnêtes intellectuellement et surtout scientifiquement. En suivant le procès Kamerhe, on peut noter une très grande insuffisance dans le chef des juges, dans le Chef des magistrats ainsi que dans le chef des avocat. Le système judiciaire congolais est archaïque et doit être réformé. Les enquêtes n’ ont pas été approfondies. Comment se fait il que le procureur qui enquête sur ce détournement n’a été interroger la société Karmod pour vérifier les détails de commande de Jammal?répondant à cette question, le procureur dit qu il était entré sur internet, quelle légèreté ! Comment se fait il que le juge impute à Kamerhe la fonction d’ordonnateur alors que tous les ordres de paiement informatisés sont émis par le ministre des finances. Comment se fait il que l’on impute à Kamerhe la lettre interdisant tous les paiements alors que le Directeur de cabinet n’ est que ce haut fonctionnaire par lequel sont transposés les actes du Chef de l’ Etat. Comment se fait il que par un simple coup de fil du dircab au ministre des finances pour vérifier sur ordre du chef de l’ Etat la situation de paiement des travaux de 100 jours, le juge dit qu’ il y a intention de détournement. Et enfin comment se fait il que le juge conclut sans procès ni audition des détenteurs des biens saisis que tout cela a été acheté par l’ argent de jammal alors que l’ infraction est individuelle. C est vraiment dommage pour notre justice, elle aurait pu aller plus loin. Kamerhe dit qu’ il a agit sur instruction du Chef de l’Etat, mettez le mécanisme pour le vérifier là le juge a peur.

Comments are closed.

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...