l'info en continu

RDC: Qui a tué le juge Raphaël Yanyi?

- Publicité-

C’était le tournant autour du procès de Vital Kamerhe, le puissant directeur de cabinet du président Félix Tshisekedi, poursuivi aux côtés de deux autres co-accusés. La nuit du mercredi 27 mai, le juge-président du procès Raphaël Yanyi est rapidement acheminé au Centre Hospitalier de Nganda, dans l’ouest de Kinshasa. Mais ça sera trop tard. Les médecins ne pourront rien pour le président du Tribunal de Grande Instance de la Gombe.  Dans la matinée, la capitale est sous le choc. Des dizaines de personnes s’amassent devant son domicile, avec tout un lot des rumeurs et révélations sordides.

Sur les réseaux sociaux et même auprès de ses proches, des informations fusent. Rapidement, il est établi que le juge n’était pas malade. Le Chef de la police de Kinshasa se lance dans une déclaration rapide pour dire que le juge « n’a pas été assassiné ». Un lapsus, il fait allusion à attaque par arme, comme l’affirmait la rumeur sur internet. A POLITICO.CD, des proches du juges évoquent un empoisonnement. « Il a vomis avant de piquer une crise », affirme un juge du Parquet de la Gombe ce jour-là. « Il n’était pas malade, il était bien portant. Ce décès est très suspect », ajoutait un autre.

- Publicité-

Une autopsie a aussitôt été réalisée. Dès les premiers jours, des sources judiciaires évoquent le poison. Mais les autorités démentent, affirmant que le processus était en cours. Ce mardi 16 juin, le ministre congolais en charge de la Justice, Célestin Tunda, fait publier un communiqué des résultats de l’autopsie qui fait des révélations fracassantes. Si le rapport officiel admet la présence des « substances toxiques » dans le corps du Juge Yanyi, il affirme cependant que ce dernier est mort d’une hémorragie crânienne. “Il en ressort que le juge Yanyi est décédé des suites d’une hémorragie intra-crânienne, résultant d’un traumatisme crânico-encéphalique. L’autopsie a également révélé l’existence des substances toxiques à dose non-létale dans le corps du défunt,” dit un communiqué signé par le ministre Célestin Tunda.

Aux médias, le ministre Tunda va plus loin, affirmant que le juge est mort à la suite « des coups ». « Le juge Yanyi est mort principalement à la suite des coups qu’il a reçus qui ont occasionné un traumatisme crânien. Il y a eu coagulation de sang dans le crâne. C’est cette situation qui a entrainé l’arrêt cardiaque donc la mort. »

Par ailleurs, le ministre de la Justice annonce l’ouverture d’une enquête judiciaire pour meurtre. « Au vu des rapports, le vice-Premier ministre, ministre de la Justice annonce l’ouverture d’une enquête judiciaire devant permettre d’élucider les circonstances de ce meurtre, d’en identifier les auteurs et de les sanctionner avec toute la rigueur de la loi »

- Publicité -

4 Commentaires

  1. c’est fini, l’affaire va rejoindre toutes les précédentes enquêtes dans la poubelle des oubliettes. Que seul Dieu le console et console aussi sa famille

  2. Kabila avait installé des caméras de surveillance partout dans la capitale. Si on ne les avait pas vandalisées, les enquêtes sur de telles tueries seraient faciles avec des images indiscutables.

Comments are closed.

PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU

%d blogueurs aiment cette page :