l'info en continu

Procès Kamerhe en RDC : début de choses sérieuses ce lundi

- Publicité-

L’Union pour la Nation Congolaise (UNC) et les partisans de Vital Kamerhe croisent les doigts et se préparent en conséquence. La deuxième journée du procès de leur leader a lieu ce lundi 25 mai. Il faut dire qu’à l’ouverture, le 11 mai dernier, le camp du désormais ancien Directeur de cabinet (empêché) du président Félix Tshisekedi était dans les cordes. Offensif, mais surtout pris, Vital Kamerhe a annoncé les couleurs, au point de renier connaître Jammal Samih, l’autre co-accusé de l’affaire. Les photos sur internet et des témoignages de ses proches à POLITICO.CD viendront démentir cette version des faits.  

Aucune conséquence cependant pour l’issue du procès. Vital Kamerhe a toutes les chances de prouver son innocence. C’est en tout cas ce que croient fermement plusieurs de ses partisans. « Ce dossier est politique, nous ne cessons de le dire depuis le début. Plusieurs affaires judiciaires en cours prouvent à quel point Félix Tshisekedi et ses cadres de l’UDPS manipulent la justice. Regardez seulement ce qui arrive au député Jean-Jacques Mamba… » explique un élu de l’UNC.  En effet, le député de l’opposition, qui a initié une pétition de déchéance contre Jean-Marc Kabund, leader du parti de Félix Tshisekedi, s’est retrouvé étrangement aux arrêts.

- Publicité-

Lundi, le procès entre néanmoins dans sa phase. Plusieurs personnalités congolaises, dont des ministres en fonction et d’anciens ministres, sont citées à comparaître comme témoins, selon une citation adressée au Président du tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Gombe, en date du 21 mai par Me Dieudonné Kaluba Dibwa de la partie civile.  Parmi ces personnes, il y a entre autres Justin Bitakwira, qui n’avait pas hésité à enfoncer Vital Kamerhe lors de son audition au Parquet de Matete.

Il y a également Nicolas Kazadi, le coordonnateur du programme, cité nommément par Vital Kamerhe. Mais il y a également, John Ntumba, ministre congolais de la Formation Professionnelle et même Aimé Molendo Sakombi, bras droit de Vital Kamerhe et Ministre congolais des Affaires foncières. Selon les informations de POLITICO.CD, il est cité à comparaître autour du dossier d’un bien immobilier que Jammal Samih aurait cédé au président de l’UNC, via sa belle-fille Soraya Mpiana, elle-même également citée à comparaître.

Mais le tournant du procès est sans doute l’arrestation de Daniel Shangalume alias Daniel Massaro. Après près d’un mois de fuite, ce « neveu » de Vital Kamerhe, pièce maîtresse de l’affaire, a été appréhendé par les Services de Sécurité. Il a refusé de comparaître le mercredi 20 mai. Mieux, il s’est présenté, mais a eu une attitude pour le moins étrange ! Il n’a pas voulu répondre aux préoccupations du magistrat.

Le Procureur général près la Cour d’appel de Kinshasa/Matete qui confirme l’information, a indiqué que sieur Massaro a gardé silence à toutes les questions lui posées au sujet de son rôle dans le programme de 100 jours du chef de l’État. Face à cette situation, le Procureur a décidé de le déférer devant le tribunal en le mettant en détention préventive à la prison centrale de Makala.

Daniel « Massaro » sera vraisemblablement poursuivi comme « co-accusé » dans l’affaire Kamerhe. Mais pour l’instant, il est cité à comparaître. D’ailleurs comme tous les autres témoins, il est tout à fait possible que certains se retrouvent dans le banc des accusés. Vivement le lundi 25 mai.

Au grand des polémiques, plusieurs rumeurs attestent une demande d’arrêt de diffusion en direct du procès. Mais aucune source officielle n’a confirmé cette éventualité. Le procès Vital Kamerhe sera bel et bien en diffusion à la Télévision publique à partir de 10h ce lundi.

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU