Chers lecteurs,

Nous avons besoin de votre contribution. Avec 1 dollar ou plus, vous pouvez nous aider à garder notre journalisme à l’abri de toute influence et contribuer ainsi à améliorer la qualité de l'information en RDC.

dimanche, mai 31, 2020
DRC
3,070
Personnes infectées
Updated on 31 May 2020 à 10:26 10 h 26 min
DRC
2,551
Personnes en soins
Updated on 31 May 2020 à 10:26 10 h 26 min
DRC
448
Personnes guéries
Updated on 31 May 2020 à 10:26 10 h 26 min
DRC
71
Personnes mortes
Updated on 31 May 2020 à 10:26 10 h 26 min

RDC – Affaire passeport: le contrat de Semlex ne sera pas renouvelé

Le contrat polémique entre la République démocratique du Congo et la société belge Semlex ne sera pas renouvelé, révèlent à POLITICO.CD plusieurs sources gouvernementales à Kinshasa.

Le contrat liant la RDC à la société Semlex pour la production des passeports congolais ne va pas être renouvelé, annonce une source de la Présidence congolaise à POLITICO.CD. Même son de cloche du côté du ministère des Affaires étrangères.

Ce contrat expire au mois de juin prochain. Selon une source au ministère des Affaires étrangères, les passeports congolais continueront à être produits « du moins jusqu’à la fin de l’année en cours, en attendant de trouver une solution de remplacement« .

Toujours selon nos sources, le gouvernement pourrait lancer un appel d’offres dans les prochains jour pour un nouveau prestataire.

La société belge « Semlex » est sous enquête pour le contrat conclu avec la République Démocratique du Congo pour la fabrication de passeports biométriques. Selon Reuters, l’enquête porterait sur des soupçons de corruption et de blanchiment d’argent.

Des poursuites en Belgique

Selon l’agence britannique, Semlex avait négocié le contrat pour les passeports avec l’ex-Président Kabila et certains de ses plus proches collaborateurs en 2014-2015. Lors des négociations à Dubaï et à Kinshasa, le prix unitaire du passeport était passé de 21,5 $US à 185 $US. Selon ce contrat, pour chaque passeport acheté, 60 $US doivent être reversés à une société écran, LRPS, enregistrée dans les Emirats Arabes Unis. Selon Reuters, LRPS appartiendrait à Makie Wangoi Makolo, membre de l’ancienne famille présidentielle.

Depuis l’entrée en vigueur du contrat entre Semlex et le gouvernement congolais, cette société écran pourrait avoir perçu plus de 35 millions de US$. La justice belge a ouvert une enquête en 2017 et fait une perquisition au bureau de Semlex en Janvier 2018.

La Fédération Internationale pour les Droits Humains, la Ligue des droits humains (Belgique) et UNIS (Réseau Panafricain de Lutte contre la Corruption) se sont constituées parties civiles le 8 mai 2020 dans l’enquête pénale que la Belgique mène depuis 2017 dans le cadre de l’ « affaire Semlex ».

- Publicité -

3 Commentaires

  1. Bonjour mesdames et messieurs ,
    Moi je voudrais savoir pourquoi le gouvernement va t-ils lancé un nv appel d’offres et pourtant selon le contrat avec la société belge les appareils utilisés pour la fabrication de passeport revient à la R.D.C à la fin du contrat

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...